Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

 CONCOURS DE COORDINATION n°3

AuteurMessage
Taric
GEMS ARE TRULY OUTRAGEOUS


Messages : 60
Date d'inscription : 24/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: CONCOURS DE COORDINATION n°3   Dim 9 Oct - 15:34


Esperantown. Cette fois-ci, Taric avait envie de faire quelque chose de plus rafraîchissant. Son dôme de coordination à Bordeciel était certes excellent, il n'était néanmoins pas parfait. En effet, faire venir la population aussi loin dans les montagnes pouvait rebuter des spectateurs et des participants, en particulier dans les zones les plus reculées de la baie au croissant. De plus, le cadre montagneux ne s'accordait pas forcément au thème de la soirée. Heureusement, quelques petits coups de fils à la Ligue et aux différentes mairies permirent au juge de facilement trouver une alternative pour la prochaine soirée.

Une immense place au centre de la ville fantôme. Elle était pavée de façon assez irrégulière par des pierres carrées grises de petite taille, d'environ 10cm de côté. Pour les recouvrir, d'immenses bancs en ébène qu'on aurait pu retrouver dans une église. Les deux rangées de bancs étaient séparées par un tapis aubergine, rappelant les étoffes du dôme habituel. La scène était composée de nombreux dolmens couchés à même le sol. Ils avaient été poncés afin de ne blesser personne. Toutefois, le parterre des participants serait irrégulier. Ils auraient à prendre ce détail en compte lors de leur passage s'ils ne voulaient pas tomber par inadvertance lors de leur présentation. Ce serait triste. De nombreux arbres à moitié morts bordaient le pourtour du dôme improvisé. Les bancs du public étaient éclairé par des Funécires. Au moindre début de prestation, les petites bougies spectrales retourneraient se cacher, laissant les spectateurs dans le noir.  LA scène, quant à elle, était éclairée par des lucioles qui pouvaient changer de couleur. Il suffisait de transmettre les informations au Lumivole avant la prestation et elle s'occuperait de coordonner les petites bestioles.

C'était désormais le moment. Le public était arrivé, les participants aussi. Il fallait que Taric monte sur scène afin de présenter son évènement. Il n'était pas vêtu dans sa tenue habituelle, le bleu cyan risquait de cracher avec les lieux. Il portait un smoking noir, classique, avec une cravate orangée et une carthame dépassant de la poche de sa veste ou les gentleman rangeaient habituellement une étoffe.

Bonsoir Maïlys ! Vous vous demandez sans doute pourquoi je vous ai amené dans cette ville fantôme ? Eh bien, ce n'était sans doute pas pour fêter l'enterrement des concours ! Nous voulions vous offrir une expérience nouvelle et forte en émotion pour votre plus grand plaisir ! Nous espérons de tout notre coeur que le décor saura ravir vos sens et votre imaginaire !Sans plus de cérémonies, laissez moi vous présenter le thème sur lequel devront composer les participants au concours !
l'Orange !

"Appréciez vous cette couleur ? Ou au contraire, vous l'abhorrez au point de ne pas pouvoir la voir en peinture ? Personnellement, elle me rappelle la beauté d'une automne naissante... Les feuilles arborant des teintures flamboyantes, les premières courges arrivant dans les potagers, les levers de soleil tardifs... Oui ! Aujourd'hui, c'est cette Beauté que les participants devront nous transmettre ! Souhaitons leur bonne chance !

L'homme quitta ensuite la scène sous les applaudissements. Les lucioles cessèrent d'éclairer la scène en attendant le prochain participant. Le juge alla rejoindre l'intégralité du jury en espérant avoir autant de prestations de qualité que la dernière fois. Qui serait la personne courageuse à s'élancer la première ?
A lire !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Bahia
Waifu officielle de Lyndia Théna


Messages : 187
Date d'inscription : 01/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: CONCOURS DE COORDINATION n°3   Ven 28 Oct - 14:58

Qu’est-ce qu’elle faisait ici ?

Après tout ce qui s’était passé, n’était-ce donc pas mieux pour elle de retourner à sa place, dans un laboratoire ? La rousse se tenait stoïque, observant la nouvelle scène de loin. Non, elle avait autant le droit que les autres de venir ici. Les rubans qui étaient accrochés dans sa chambre le prouvaient. Malgré les nombreuses difficultés rencontrées dans les derniers jours, la chercheuse était venue à Esperantown, espérant en rajouter un autre à sa collection. Répéter la chorégraphie dans une telle situation d’urgence n’avait pas été facile, mais elle était tout de même satisfaite du résultat. Cela n’aurait probablement pas le même impact que sa dernière performance, mais elle était contente de simplement se retrouver sur scène aujourd’hui. Quelque part, ce spectacle lui permettait de tout mettre de côté, de se sentir bien pendant au moins quelques minutes. Tous les problèmes disparaissaient le temps de présenter son projet, vibrant au rythme de sa musique. Poussant un long soupir, Bahia jeta un coup d’œil à ses accompagnateurs pour aujourd’hui. Elle ne pouvait s’empêcher de s’amuser de voir que son Séléroc était encore une fois son premier choix, lui qui n’était pourtant pas du genre très artistique. Il semblait néanmoins content d’être là, son maquillage lui faisant prendre l’apparence d’une citrouille. Quant au deuxième performeur, c’était la première fois qu’il allait sur scène. Autant dire que le Ténéfix était excité à l’idée d’enfin partager cette expérience avec sa dresseuse, accoutré d’un vieux nœud papillon et d’une cape noire rappelant étrangement Dracula. Après s’être encouragés mutuellement, ils se rendirent proche de la scène, prêts pour leur présentation. Au moment d’entrer, l’un des organisateurs lui tendit un micro et elle le prit avec nervosité, espérant ne pas chanter faux.

Robe:
 

Il y avait quelque chose de plus joyeux dans la nouvelle robe de la chercheuse, qui s’avançait avec ses deux compagnons sur scène. Un ruban floral et jaune ornait sa tête, ses cheveux attachés en cascade autour. Le haut de son accoutrement, noir, était débalancé. La manche de sa main gauche restait à son épaule, son poignet enroulé d’une myriade de petits rubans qui flottaient dans le vent du soir. L’autre manche continuait jusqu’à la main, des touches d’or brillant dans la lumière des lucioles. Un léger décolleté en forme de losange laissant apercevoir un pendentif avec un topaze au bout, semblable à celui qui ornait le ventre de son Ténéfix. Le bas de sa robe était composé de plusieurs couches, d’abord le jaune, ensuite le noir et pour finir l’orange sur le dessus, formant des vagues régulières derrière elle. Ses bottes ressemblaient à ses manches, l’une jusqu’à son genou, l’autre restant à sa cheville. Sur sa hanche et le long de sa jambe nue – la bonne, évidemment – se trouvait une autre collection de rubans. Les lucioles avaient eu comme commande de rester proche du centre, affichant des couleurs orangés. Le micro d’une main, Bahia laissa la musique commencer, laissant ses compagnons prendre leur place. Elle eut la peine le temps de se préparer mentalement, ses doigts se crispant sur le micro. Tout irait bien.

Musique :
 

-' I messed up tonight
I lost another fight
I still mess up but I'll just start again
I keep falling down
I keep on hitting the ground
I always get up now to see what's next. '


Malgré la nervosité, sa voix sonnait claire et résonnait dans la foule. Rassurée par les premières lignes, elle se laissa aller, restant au milieu de la scène. Cette fois-ci pas de promenade un peu partout, chanter lui demandait beaucoup de concentration et elle se contentait de suivre le rythme avec ses pas, doucement. Sa confiance était dans ses Pokémons, qui devaient faire le reste de la présentation. Sa citrouille avait fait le tour de la scène rapidement, se postant ensuite au-dessus de sa tête. Son regard se mit à briller, érigeant devant la demoiselle un grand Mur Lumière. Le rectangle renvoyait les éclats de couleur des lucioles, imposants. Le Séléroc, tout comme sa dresseuse, devait se concentrer pour le maintenir aussi éclatant et présent. Rubis était le point central du spectacle, celui-ci ayant visiblement beaucoup de plaisir. Il avait la bouche grande ouverte, faisant des cabrioles pour amuser les enfants. Dès que le Mur fut en place, ses poings s’enflammèrent, le petit spectre se rapprochant en courant.

-‘ Look how far you've come
You filled your heart with love
Baby you've done enough that cut your breath
Don't beat yourself up
Don't need to run so fast
Sometimes we come last but we did our best. ‘


Rubis fit un dernier coucou à la foule et se glissa derrière, en compagnie du duo. Les flammes de ses mains amplifiaient les rayons orange que renvoyait le mur sur la foule, la scène s’illuminant encore plus. Elle donnait presque l’impression d’être en train de prendre feu, ce qui pouvait être le cas si le Ténéfix faisait une erreur. Ce qu’il devait faire était délicat à réaliser, la foule semblant réagir à ce qu’il préparait, ce qui le motivait encore plus. Le spectre se servait de Calcination pour frapper le Mur, ses coups laissant à la surface brillante de la suie. Il brûlait littéralement la protection du Séléroc, ses coups spéciaux ne passant pas complètement au travers. Avec un plaisir évident, l’artiste se servait du Mur Lumière de son compagnon comme d’un grand tableau, sous les exclamations de la foule. Lentement mais sûrement, il construisait une pièce assez effrayante, un coup à la fois.

-‘ I won’t give up, no I won’t give in
Till I reach the end
And then I’ll start again
Though I’m on the lead
I wanna try everything
I wanna try even though I could fail. ‘



Un peu dans le même genre:
 

Le Ténéfix recula pour regarder son œuvre, satisfait. La rousse prit le temps de regarder aussi, se retenant de sourire. Ce n’était pas digne d’un grand peintre, mais c’était assez pour que les gens soient mal à l’aise en le regardant. Pour certain cela pouvait être dur de comprendre où la demoiselle voulait en venir avec cette présentation. Il y avait plusieurs éléments mélangés ensembles, chacun renvoyant à un sujet bien précis. Évidemment le tableau pouvait renvoyer à l’Halloween, qui approchait à grand pas. Il représentait aussi bien d’autres choses : la peur générale qui sévissait sur l’île, la Némésis, tous les petits démons intérieurs ou les erreurs qui figeaient les gens dans la vie de tous les jours. Mais, comme elle le chantait si bien, il ne fallait pas baisser les bras. Ses Pokémon et elle allaient les débarrasser de cette vision et la transformer en quelque chose de plus beau.

-‘ I won’t give up, no I won’t give in
Till I reach the end
And then I’ll start again
No I won't leave
I wanna try everything
I wanna try even though I could fail. ‘


Incapable de contrôler le Mur plus longtemps, le Séléroc relâcha sa prise et lança immédiatement un Flash. La lumière passa au travers de sa protection, qui disparaissait doucement. Heureusement la lumière d’un Flash était très forte, il y avait fort à parier que la foule ne verrait pas le petit tour de passe-passe qui allait se produire. En effet le Mur Lumière ne faisait que se dissiper, le spectre devait donc envoyer son Rayon Gemme en même temps que le Flash, pour donner l’illusion que le tableau s’était brisé en morceaux. Dès que la luminosité baissa d’un grand, les spectateurs purent apercevoir les nombreux joyaux cristallins qui avaient été envoyés vers eux, emplissant la scène. Grâce aux lucioles, ceux-ci prenaient une teinte orange, se détruisant complètement à la limite de la scène en laissant derrière eux un peu de poussière. Le monstre qui les hantait tous avait disparu pour ce soir et Bahia espérait que les gens qui la regardaient en ce moment se sentiraient un peu plus léger, au moins pour la soirée. Qu’importe ce que Mailys traverserait, elle espérait que les gens seraient là pour se serrer les coudes.

-‘ Try everything... ‘

Et s’était terminé. Une dernière salutation à la foule et la jeune femme partait, laissant son micro aux organisateurs. Elle était impressionnée de l’aisance qu’avait son Ténéfix sur scène, serrant ses deux compagnons dans ses bras avec force. Comme pour sa dernière présentation, la chercheuse tentait toujours d’envoyer un message et elle croyait que cela avait fonctionné. Elle avait suivi un peu le thème général de l’Halloween, pour y ajouter une touche très personnelle. Elle ne savait pas pourquoi l’orange était associé à une telle fête, à part peut-être pour les citrouilles. C’était une couleur vibrante et pleine de vie, tout comme le cœur de Mailys avant la Zodiac. Ils devaient revenir à cet état, apprendre à apprivoiser cette peur et ne pas se laisser avoir. Satisfaite, elle retourna dans les loges, prête à regarder les autres présentations.


S’il y en avait. Tousse.


Récap:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Valder
Poison qui dort, futur Darth Va(l)der ?


Messages : 177
Date d'inscription : 09/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: CONCOURS DE COORDINATION n°3   Sam 5 Nov - 1:11

Le voilà le grand jour. Après bien du chemin, le jeune homme était arrivé à Esperantown. Pour la troisième fois, Valder allait mettre en place une prestation, afin de mettre en valeur cette fois-ci des qualités de beauté à l’aide la couleur orange. Ca changeait du dôme de Bordeciel, mais ce n’était pas plus mal. L’endroit était tel un paysage de nature morte, avec ses couleurs automnales et son coté glauque, au milieu d’une ville fantôme. Le jeune homme avait donc décidé de s’en saisir, notamment à l’approche d’Halloween, fête où l’orange était une des couleurs à l’honneur. Ce n’était sûrement pas l’idée la plus originale, puisque déjà traité par d’autres participants. Cependant, c’était celle que Valder se sentait le plus à même de traiter selon son équipe. Notons d’ailleurs que ce n’était autre qu’une idée de son Spectrum, enthousiasmé par un tel concours.

Un élégant et grand siège en bois, comme une sorte de trône avait été placé au centre de la scène. Le sol était quant à lui parsemé de feuilles mortes, avec notamment quelques tas ici et là. Un peu comme la route 15 de Kalos. Le tout était plongé dans le noir, les Funécires n’ayant pas eu le top pour éclairer l’endroit.


Musique :
 

La musique se lança. Des petites voix d’enfants chantonnaient, alors que des bruits de pas dans les feuilles se firent entendre. Une citrouille s’éclaira. Une citrouille comme les classiques d’Halloween : des yeux méchants creusés, un sourire denté tel un Spectrum, avec une ouverture sur la partie supérieure. La lumière qu’elle dégageait était brillante d’orange. C’était un peu comme s’il y avait une bougie à l’intérieur. Sauf qu’il n’y en avait pas. Elle semblait en apparence vide. Mais on pouvait apercevoir un fil prouvant qu’elle était maintenue par quelqu’un, comme s’il s’agissait d’un panier. Lorsque la musique s’accéléra, les Funécires émirent une lueur lugubre, révélant dans la pénombre Valder.

Le jeune homme était habillé d’une élégante tenue qui lui conférait bien de la prestance. Un long manteau orange avec haut col, seulement fermé par une ceinture au niveau de la taille bouclée par une rose rouge. Une seconde rose rouge était placée au niveau de la poitrine, à sa gauche au niveau du cœur. En haut, le manteau s’ouvrait, dévoilant un torse nu en-dessous, ainsi qu’un foulard orangé au niveau du cou. En bas, le manteau s’ouvrait aussi, s’étalant derrière lui, dévoilant un pantalon bleu et des bottes orangées. Ses mains étaient également gantées. Des gants aux couleurs similaires à sa tenue. A vrai dire, la couleur orangé et le côté classe n’était pas sans rappeler la team Flare, un peu. Cette team avait été obsédé par la beauté des choses, et en même temps avait su inspirer la peur. Ca pouvait autant être dans le thème de la beauté, de la couleur orange, qu’avoir du rapport avec la prestation de Valder basé sur Halloween. Un peu comme s’il s’agissait de son costume d’Halloween. De plus, les roses pouvaient rappeler la fleur de la mort qui avait sévi à Kalos.


Un dessin rapide pour une idée de la tenue :
 

Il lança alors un regard au public, s’immobilisant, face à celui-ci. Puis les Funécires abaissèrent leur lumière à nouveau, lorsque le chantonnement d’enfant reprit. Quelques bruits de pas dans les feuilles se faisaient encore entendre, et on voyait la citrouille danser, à nouveau. Cependant, elle continuait de se déplacer alors que les pas s’arrêtèrent vers le centre de la scène. Lorsque la musique reprit de plus belle, les faibles lumières revinrent, avec en plus des projections de lumière grâce aux lucioles au-dessus du siège central, dévoilant Valder assit sur son trône de bois, une jambe au-dessus de l’autre et les bras posés sur les accoudoirs. Il observait le public, son visage étant vide d’expression, statique, alors que la citrouille, sur sa droite, semblait léviter au-dessus de sol. Elle se secoua, laissant un rire s’échapper. Suite à cela, le jeune homme s’efforça d’écarquiller un peu les yeux, laissant ses sourcils se froncer légèrement avec un léger sourire, avant de reprendre son expression neutre.

La citrouille reprit son chemin, voletant avec une certaine gaieté, rappelant celle d’un enfant partant chercher des bonbons. Elle se balançait d’un côté et d’un autre, faisant parfois un petit tour sur elle-même. Pour ceux dans les premiers rangs, il était possible d’entendre un léger murmure malgré la musique s’émaner de la citrouille. Et on pouvait entendre les feuilles qui bruissaient, aussi. Elles se déplaçaient, même. Les mouvements du mystérieux cucurbitacé semblaient aléatoires, mais en réalité il suivait un chemin précis. Les feuilles avaient tendances à se réunir, sur le passage de cette tête végétale. Et, lorsqu’elle passait au niveau de tas de feuilles, une pince surgissait d’un coup du sol avec un cri fort, un peu aiguë, suscitant de la surprise du public. La pince en question se faisait illuminer par les lucioles, laissant également ce petit plaisir de voir une pluie de feuilles orangées s’élever dans les airs avant de retomber aléatoirement avec douceur. La scène se répéta à plusieurs reprises, détruisant les cinq gros tas de feuilles éparpillés sur la scène.

Lorsque la musique sembla prendre un côté plus doux, plus féérique, la citrouille s’éleva au-dessus du trône boisé, alors que derrière celui-ci, des flammes commencèrent à embraser les feuilles grâce à un Croc Feu exécuté à l’abri des regards. Les flammes s’éparpillèrent autour du trône, suivant les tracés faits avec les feuilles. La scène fut alors baignée dans des lumières chatoyantes produites par le feu. Une lumière orangée s’élevant dans l’obscurité alors que les Funécires abaissèrent à nouveau leur propre lumière. Valder restait toujours aussi impassible, avec un léger sourire même, comme s’il était le maître de ces flammes, comme s’il les dirigeait avec sa pensée. La beauté de la scène ne résidait pas que dans cette mise en scène, mais aussi avec le calme surprenant que faisait part Valder. C’était comme observer une statue, ou œuvre du genre, résistant aux flammes. En poussant la chose plus loin, si on refaisait une conférence à Kalos, région de la beauté et de l’élégance, on pouvait y voir les ravages de la fleur mortelle, l’arme suprême, les flammes qu’elle avait déversée autour de soi.

Ce n’était pas terminé. Un fantôme sortit de la citrouille, la laissant tomber derrière le trône, dans les flammes. Le fantôme prit une allure plus consistante. Il révélait toute son imposante taille au-dessus du jeune homme, les mains grandes ouvertes. Des yeux luisants s’ouvrirent, ainsi qu’un sourire effrayant et tout aussi luisant. Depuis le départ, un Spectrum avait hanté la citrouille, mettant en valeur son regard à l’aide d’un Regard Noir, scintillant de provocation et inspirant la beauté dans l’effroi. Son rire envahissait la zone, alors qu’il laissait s’émaner de son propre corps divers petits fantômes se jetant dans les flammes avant de s’élever dans les airs, effectuant une danse, certes morbide pour le côté fantomatique, mais surtout captivante, ensorcelant le public grâce aux flammes dont ils s’étaient emparés. Le Spectrum avait effectué une Malédiction, sacrifiant de sa force vitale pour créer ces petits êtres éphémères afin de réaliser une véritable danse du feu, en même temps que la musique s’emportait, pour un final grandiose.
C’étaient un peu le sacrifice d’énergie vitale des Pokémons pour faire fonctionner l’arme suprême, et les fantômes les âmes emportées par la puissance de cette fleur par le passé, ou bien les conséquences que cela aurait eu si la Flare avait réussi son coup.

Lorsque la puissante voix féminine présente dans la musique s’éleva plus haut que jamais, juste avant de faire silence pour de bon, les petits fantômes disparurent. Les voix d’enfants se firent à nouveau entendre, tandis que le Spectrum glissa sur l’ensemble de la scène, emportant les flammes sur son passage pour les éteindre. Le spectre s’arrêta à la droite du jeune homme, tandis que son Drascore sortit de sous terre à sa gauche. Ce Drascore s’était en effet caché tout ce temps grâce à un Tunnel, l’utilisant pour rameuter les feuilles grâce à ses pinces, et l’ayant utilisé pour discrètement se placer derrière le siège en bois de Valder afin d’exécuter son Croc Feu sans être repéré pour ainsi mettre feu à ces feuilles.

Le jeune homme ne s’était pas levé pour autant, restant tout aussi statique, attendant que la musique s’arrête pour de bon afin de se mettre enfin debout et de saluer le public, celui-ci l’applaudissant. Il quitta ensuite la scène, toujours aussi silencieusement, accompagné par ses deux Pokémons.

Doopliss n’avait peut-être pas eu une si mauvaise idée au finale. La scène était libre à l’interprétation. Simple mise en scène Halloweenesque ou référence à l’histoire de Kalos, chacun pouvait voir cela comme il le désirait.


Récapitulatif des capacités :
 

_________________



:bsol: :bten: :beau:
Revenir en haut Aller en bas
Amélia de Saint-Gil
La Baronne


Messages : 151
Date d'inscription : 02/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: CONCOURS DE COORDINATION n°3   Lun 7 Nov - 0:41

L’obscurité avait retrouvé ses droits au sein du décor terrifiant que le maitre coordinateur avait mit à la disposition de ceux qui tenteraient une nouvelle fois leur chance pour obtenir le précieux graal du coordinateur accompli. Plusieurs fois avant d’effectuer sa troisième inscription, la baronne s’était demandée pourquoi elle faisait ça, perdant du temps et dépensant pas mal d’argent dans ce qui pouvait paraître être une perte de temps phénoménale. Mais elle ne pouvait se résoudre à laisser place libre aux autres participants, pour les beaux yeux de Taric, pour le plaisir de rajouter une corde supplémentaire à son arc, pour briller et se pavaner sur les devants d’une scène mais aussi et surtout parce qu’elle adorait ça. Se donner en spectacle, devenir quelques éphémères instants l’objet de toutes les attentions et de toutes les critiques, se torturer l’esprit dans l’espoir de trouver la recette gagnante la plus originale possible. Là où certain s’épanouissaient dans le frisson du combat, elle préférait la jouissance de ces éphémères moments de gloire.

Elle attendait là, sur scène que les lumières se rallument pour commencer son numéro maintes fois répété avec les deux acolytes qui lui servaient d’employés et accessoirement de pokémons. Au vue du thème et de la catégorie de cette édition, elle avait envisagé de ne pas compter sur le duo cette fois ci mais la tentation avait été plus forte et elle espérait que ses choix se soient avérés bons. La musique n’avait pas encore commencé mais les plus attentifs purent entendre le grésillement diffus d’un vieux tourne-disque passé de mode qui brisait le silence avec une lassitude monotone. Puis tout un coup, passant au dessus du son des rires démoniaques firent leur apparition, suivit de peu de bruit de tissus qui se déchire et qui se froisse. Le volume devint de plus en plus discret jusqu’à ce que seul le tourne disque parvienne à percer de nouveau l’intensité du silence. Le voile d’obscurité commença à se lever, révélant alors la scène de pierre nue sur laquelle se trouvait une baronne en bien piteux état. Observant sa tenue, elle semblait découvrir en même temps que le public sa longue robe dont les lambeaux virevolteraient à la moindre brise. On devinait qu’elle avait eu une forme dans des jours meilleurs mais maintenant, ce n’était plus que patchworks de morceaux de tissus dont les couleurs étaient laissées à l’imagination du spectateur. En effet, les lucioles semblaient émettre un rayonnement tamisé mais si pur que le décor apparaissait uniquement noir et blanc. A l’arrière, pour le moment masqué par les jeux de lumière, un drap blanc avait été tendu pour une sombre raison qui ne tarderait pas à être révélée. Regardant le panier garni d’agrumes qu’elle tenait dans ses mains, la jeune femme se laissa tomber sur une pierre mise en relief juste assez haute pour servir de tabouret à quelqu’un de sa taille. Prenant son visage dans ses mains, elle sembla quelques instant secouée de sanglots exagérément mimés, laissant la lumière s’éteindre sur un bruit de pellicule avant qu’une image ne soit projetée sur l’écran blanc.


Premier carton:
 


Les lumières se rallumèrent le temps que chacun ai le temps de lire le carton et soudain, une petite explosion de fumée fut mise en relief par des lucioles plus vives qui vinrent colorer le phénomène d’une riche teinte safranée. Les premiers rangs purent profiter de l’odeur de la précieuse fleur qui agrémentait l’effet visuel d’ailleurs. Apparaissant alors que le nuage fugace s’envolait, Gustave mackogneur de son état, apparut paré d’un noeud papillon couleur citrouille assortie à ses deux paires de gants ainsi que d’une imposante moustache qui aurait été de taille à rendre Dalí jaloux. Cette dernière non prévue à la base manqua faire tomber à l’eau tout le numéro au moment où Amélia faillit céder à un éclat de rire imprévu. Il était le seul élément de la scène à ne pas être éclairé en dichromatique et profitait tout de même de belles accentuations de contraste allant du rouge au jaune. Le bruit de pellicule se fit de nouveau entendre et un nouveau carton prit place sur le drap.


Carton n°2:
 

La musique:
 



Les lumières eurent à peine le temps de se rallumer que la musique s’entamait enfin, envahissant le lieu de notes de jazz parfaitement anachronique. Se relevant, un espoir burlesque peint sur le visage, la jeune femme se rapprocha du magicien passé de mode et lui indiqua l’état de sa tenue dans un va et vient de ses mains allant du haut vers le bas. Elle écarta un peu ses haillons comme on affiche les plis d’une jupe et le mackogneur lui fit un signe de la main, tendant devant lui dans un geste sec l’une de ses mains dont le pouce et l’index se rejoignaient pour former une sorte de cercle. Tendant un doigts vers le panier de fruits de la baronne, il lui fit signe de lui confier l’une de ses oranges ce qu’elle fit avec une emphase propre au cinéma muet. Une fois l’agrume en main, il l’observa en détails, fermant un oeil alors que le deuxième semblait grandir puis il le ferma et se mit à agiter les doigts de sa mains gauche inférieure au dessus comme s’il s’agissait d’une boule de cristal pendant que de son membre supérieur, il s’écrasait les paupières entre le pouce et l’index dans une expression de concentration maximale. Alors qu’une légère aura, orange bien entendue, se mit à l’entourer, les lumières clignotèrent au rythme de percussion légèrement accentuées et firent réapparaître une baronne en bien meilleur état que tout à l’heure, et en Technicolor qui plus est. On pouvait remarquer qu’elle portait une perruque auburn dans laquelle était accrochée un quartier d’agrume, rappelant le fruit qui venait de lui offrir sa tenue. Bien entendue, son ensemble adoptait un camaïeu de la teinte du même fruit allant d’un mélange presque jaune pas encore parfaitement mûr à un marron chocolat aux reflets gourmands. Les pans de taffetas de sa jupe asymétrique virevoltaient avec les courant d’air alors qu’une ceinture de rondelle d’orange semblait graviter autour de sa hanche.


La robe Orange:
 


Sautillant de joie, tournant dans un sens puis dans l’autre afin de laisser à son public le choix du meilleur angle de vue, la jeune femme fit ensuite signe au pokémon en tendant ses deux bras devant elle poings fermés, pivotant d’un coup à gauche qu’à droite. Il n’était pas bien dur de deviner qu’elle mimait là un volant et qu’elle s’attendait à ce que son sauveur lui offre aussi le moyen de transport qui irait avec la tenue. Perdant son sourire de performeur, il fit signe que ce ne serait pas possible secouant vivement la tête tout en croisant les bras. Un de ces éternels combat de “oui-non” s’engagea l’espace de quelque seconde entre les deux protagonistes avant que la jeune femme ne laisse tomber ses bras comme les nageoires d’un tiplouf, laissant place à un nouveau carton.


Carton n°3:
 


Conscient de cela, le magicien décroisa les bras et leva les yeux au ciel avant que les lumières ne s’éteignent de nouveau.


Carton n°4:
 


Dans un nuage similaire à celui qui avait accompagné l’arrivée du premier pokémon, Charles apparu son habituel air peu persuadé largement visible sur son visage osseux. Pour l’occasion il avait opté pour un melon orné d’un bandeau orange et son tibia avait été peint à la manière d’un sucre d’orge en orange et noir, aussi inutile de préciser qu’il faisait plus monstre d’halloween qu’assistant de parrain… le bon magicien ? Toujours est t’il qu’à son tour il salua la demoiselle et lui fit signe de lui donner un agrume. Une fois le fruit en sa possession, il le posa à terre et se mit à agiter au dessus son os, en rythme de manière large et gracieuse. A la fin il vint donner une pichenette à son accessoire magique du bout de son os et… Rien ne se passa. Se grattant le crâne il se tourna vers le magicien en chef en haussant les épaules puis, redonna un petit coup dans le fruit. Puis un autre assez fort pour le déplacer de quelques centimètres. Puis sentant la moutarde qui lui montait au nez, il abattit violemment sa pseudo-baguette magique sur la pauvre orange, la tenant comme on le ferait d’une masse. Mais au moment même où l’assistance fut sensée voir fruit exploser, les lumières s’éteignirent, se remirent à clignoter, éradiquant une bonne fois pour toute tous les épileptiques de la salle, et se rallumèrent enfin sur les dernières notes de la chanson, uniquement centrées sur un élément. A la place de l’agrume se trouvait l’ossatueur, maintenant paré d’un large costume sphérique d’orange, ne laissant dépasser que le bout de ses mains et sa tête, l’air visiblement contrarié. Ce fut alors sur son air comique que la performance de quick-change version cinéma muet put se terminer, offrant enfin au jury l’occasion de rendre le verdict de la soirée.


Récapépét':
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
CONCOURS DE COORDINATION n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formation professionnelle: 30000 jeunes cibles
» [Flood + Coordination RP] Théme : Les joutes
» Haiti : Manque de coordination, PM. M. Bellerive réagit
» Compétition Coordination#4 - Défilé de mode

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: