Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

 [Glebber]Une mer d'ordures

AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Glebber]Une mer d'ordures   Lun 7 Mai - 11:21

"Tout semble bien se dérouler, il n'y a rien à signaler, Mademoiselle Akanegaki." Momo hocha sèchement la tête, donnant l'ordre silencieux à l'homme en costume noir en face d'elle de retourner à son poste.

La jeune cuisinière se tenait sur les quais en béton de l'ouest de la ville de Mégapagopolis, là où elle était en affectation en tant que Championne. Sur le bloc brut et métalique qui s'allongeait au-dessus de la rivière qui parcourait la ville, presque une bonne centaine de personnes étaient rassemblées. Aujourd'hui était un jour particulier pour la mégalopôle. Tous les trois mois, un 16, les centres de récoltes des déchets de l'ouest de la ville rassemblaient les ordures récupérées qui ne pouvaient être recyclées. Les déchets étaient ainsi empaquetés à la va-vite sur des cargots, quatre précisement, et ces montagnes flottantes d'ordures navigueraient jusqu'à la décharge municipale, à quelques lieues de la ville.

Momo inspira, avant de soupirer immédiatement après, un air de dégoût sur le visage. Elle venait d'inhaler les odeurs fétides et les relans corrosifs que produisaient de tels amas d'ordures.

Cet événement très spécial demandait une surveillance tout aussi spéciale. C'est pourquoi, en plus des employés de la mairie et des éboueurs, des hommes de mains employés par le maire lui-même montaient la garde sur le quai. Experts en combat au corps à corps, ils n'avaient cependant pas de Pokémon. Si quelqu'un voulait réellement mener une attaque contre la ville durant cette période et qu'il avait des Pokémon, les hommes se retrouveraient bien vite désemparés. Une faille dans le système de défense, voilà comment Momo avait conclut son intervention au conseil de la mairie. Mal lui en pris, elle avait si bien défendu son idée que le maire, fou de joie de disposer d'une Championne d'arène, l'avait assigné à la protection des quais le temps que les ordures soient menées à bon port. Momo avait soupiré en pensant à sa pâtisserie qui se retrouverait livrée aux mains de ses seuls apprentis, commis et second en chef. Elle espérait qu'ils ne seraient pas débordés et que Olaf, son second, saurait influer l'esprit d'équipe dans les cuisines.

Pour penser à autre chose, Momo contempla une énième fois les cargots. A ses yeux, la ville devrait investir dans le recyclage ou l'énergie renouvelable pour minimiser sa production de déchets. Mais on ne la payait pas pour donner son avis. Tranquillement, elle prit l'escalier taillé à même le roc, pour descendre sur la berge artificielle bétonnée par la ville lors de l'époque indutrielle. Alors qu'elle marchait sur les dalles, un attroupement de Pokémon attira son attention. Elle distingua des Smogo, des Miasmiasme et des Tadmorv. Des Pokémons urbains qui adoraient se repaître des ordures. Le rouge monta aux joues de Momo. Tant de pokémon Poison, tant de kaiwai.

Ni une ni deux, vérifiant que personne ne la suivait, elle se dirigea vers le groupe. Les Pokémon la regardèrent tout naturellement comme une intruse, sur leurs gardes. Il devinrent tout de suite plus amicaux lorsque leur odorat capta les effluves de Momo, des senteurs que dégageait une experte en type Poison qui manipulait les aliments préférés des Pokémon de ce Type.

"Bonjour mes petits amis, comme vous êtes ravissants !" Elle avait jeté des poignets de Poffins au milieu des Pokémons, et tapotait la tête d'un Smogo. "Il y en aura pour tout le monde... Tiens, mais qu'avons nous là ? Tu sembles un petit peu plus gros que les autres, toi... Allon, n'ais pas peur, rapproche toi que je puisse ton contempler."
Revenir en haut Aller en bas
Glebber
Trop collant malgré lui
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 31

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   Jeu 10 Mai - 11:34

C'était un grand jour pour Glebber. Né à Megapagopolis, il connaissait les meilleurs coins de la ville, où les usines rejetaient leurs plus belles pollutions, où les égouts étaient les plus putrides, en somme, où il faisait bon de passer du temps. Quand il ne voulait pas être seul à en profiter, il conseillait d'autres Pokemons, fussent des Tadmorvs, des Miamiasmes ou des Glouptis, parfois même des Rattatas. Et c'était un grand jour, car puisque les Humains n'assumaient pas toute cette pollution qu'ils rejetaient et qui était indésirable pour la plupart des êtres vivants, les services publics de Megapagopolis organisaient périodiquement des opérations de récupération de déchets – parfois toxiques – à des fins de nettoyage et de recyclage. Cela impliquait que pendant plusieurs jours, des étangs d'ordures se retrouvaient amoncelés au pied d'un quai de la ville, un quai bien particulier que Glebber ne manquait pas de visiter chaque fois qu'il se rendait en ville pour vérifier si une opération de ce type n'était pas en cours. Il tombait mal la plupart du temps, puisque ces opérations ne s'effectuaient que tous les trois mois ; mais parfois, comme ce beau jour, il tombait bien, et avait même le temps de se faire des copains en annonçant la nouvelle à d'autres Pokemons urbains dans les parages.

Le problème, c'est que les Humains n'aimaient pas cet effet secondaire de l'opération qui était d'attirer tous les Pokemons indésirables en un même endroit, ce qui ne faisait qu'accentuer la puanteur qui persistait parfois plusieurs jours après la fin de l'opération de nettoyage. Des Smogos étaient venus et exhalaient leur gaz paresseusement en flânant dans cet environnement putride et toxique tels des Phogleurs sur une banquise. Des Miamiasmes jouaient comme des enfants, et des Tadmorvs se faisaient un festin de roi. Glebber, lui, retrouvait quelques connaissances et s'en faisait de nouvelles.

Tout cela n'était donc pas au goût des Humains, et Glebber, en tant que seul Pokemon évolué du groupe, agissait comme un grand frère protecteur. Il restait toujours sur ses gardes pour qu'aucun Humain ne vienne déranger le groupe. Il essayait de repérer les endroits où les patrouilles humaines étaient les moins présentes pour encourager le groupe à s'y déplacer.

Il avait remarqué que les patrouilles n'étaient pas composés de dresseurs ni même d'agents utilisant des Pokemons pour faire régner l'ordre. Seulement, Glebber le savait trop bien dans une grande ville comme Megapagopolis, il suffisait qu'une seule alerte soit donnée pour voir débouler n'importe quel dresseur en quête de reconnaissance.

Quand Glebber vit une Humaine approcher de l'endroit où se trouvait le groupe, son expression se crispa avec défiance. Il était un peu trop loin à ce moment-là, et ne pouvait pas faire barrage à l'Humaine qui s'approchait droit vers le groupe. Le Grotadmorv coula au sol aussi “rapidement” qu'il put mais n'arriva pas avant que l'Humaine ne remarquât le groupe et leur parlât.

Trop rares étaient les Humains à apprécier la compagnie de Tadmorvs, de Miamiasme et de Smogos. Et pourtant, il parut évident même à Glebber que cette Humaine était un exception. « Ravissants », voilà comment elle qualifia les Pokemons qui la dévisageaient avec un brin de méfiance. Elle parlait gentiment, et donnait même à manger. Il y avait déjà largement de quoi se régaler ici, mais les gourmandises offertes par l'Humaine avaient une autre saveur. Et puis, comment se montrer impoli avec une Humaine qui traitaient des Tadmorvs et des Miamiasmes avec autant de gentillesse qu'envers un Evoli ? Elle tapotait gentiment un Smogo en distribuant de la nourriture à tout le monde.

Glebber finit d'arriver et l'Humaine le remarqua. Le Grotadmorv se distinguait du reste du groupe.

MOMO – Tu sembles un petit peu plus gros que les autres, toi... Allons, n'aie pas peur, rapproche-toi que je puisse ton contempler.

Le contempler ?! Interloqué, Glebber s'approcha lentement de l'Humaine, attiré, il fallait le dire, par les gourmandises qu'elle distribuait.

GLEBBER – Alors tu ne viens pas nous chasser de là ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   Lun 18 Juin - 11:22

Momo regarde la flaque dégoulinante se mouvoir, parallèle au sol, avant de prendre pleinement consistance. Beaucoup auraient déjà fui, la main sur le nez et la bouche, et les larmes aux yeux, piqués par la puanteur des Pokémon Poison. Oh certes, la jeune fille sentait bien l'odeur, ce n'est pas qu'elle l'appréciait, c'est qu'elle avait depuis longtemps appris à la supporter. Pour être honnête, cela rendait presque Momo nostalgique. L'odeur lui rappelait Johto, sa région natale. La Tohjo, l'alliance géographique des régions limitrophes de Kanto et Johto, était assez polluée, et des radiations émises sur les déchets avaient permis à des Pokémon tels que Smogo ou Tadmorv de voir le jour. C'était triste quand on y pensait, mais Momo avait su voir le charme qui sommelait dans les Pokémon Poison. Maintenant qu'elle y pensait, elle se dit que la présence de ces Pokémon montrait que Megapagopolis suivait le même chemin qu'avait emprunté sa région natale.

Chassant ces idées noires, elle reporta son attention sur le Gortadmorv. Il semblait alléché par les surcreries de Momo, même s'il était un peu méfiant. Normal, pour un Pokémon sauvage. Grotadmorv poussa alors une série de grognements guturaux.

"Si seulement je pouvai comprendre ce que tu dis...", soupira Momo, accroupie sur ses genoux, les mains repliée appuyées contre ses joues. Son envie de comprendre les Pokémon était sincère. Elle tendit alors le bras, un Poké bloc violet glissé entre ses doigts. Lentement, pour ne pas énerver le Grotadmorv, elle avança sa main avec la friandise.

Momo était trop absorbée pour voir ce qui se passait autour d'elle. Les agents municipaux, ayant remarqué sa disparition, s'était mis à sa recherche. L'un d'entre eux la repéra alors et alerta quatre autres. Alors qu'ils étaient au sommet de l'escalier, quelle ne fut pas la surprise des hommes de constater un atroupement inhabituel de Pokémon. Certes, la forte concentration de déchets attirait les Miasiasmes et autres Smogo d'ordinaire, mais jamais ils ne s'approchaient aussi près des quais.

"V'là autre chose, ces empaffés de Pokémon ont envahi les quais ! Regardez là-bas, M'amzelle Akanegaki... Elle tente d'amadouer le chef ! Allez les gars, faut qu'on aille l'aider, la pauvre petiote seule contre une armée de déchets." Les autres approuvèrent. Les hommes n'avaient pas de Pokémon, mais ils avaient pire. Ces hommes étaient chargés de la protection du site pendant le déplacement des déchets, ils devaient être prêts à lutter contre des humains ou des Pokémon à tout moment. Pour ce faire, ils étaient donc munis de pistolets tasers.

Sans que Momo s'apperçoive de quoique ce soit, les cinq étaient descendus sur le quai et ils s'étaient dispercés dans cinq directions différentes. Alors que Momo s'occupait toujours du Grotadmorv, elle sentit finalement la tension qui montait parmis les Pokémon, alors que des Smogo passaient à côté d'elle en courant, ou que des Miasiasme faisaient de petits bonds sur place en piaillant. Momo se retourna à temps pour voir les hommes charger leurs armes. Ses yeux s'agrandirent et sa bouche devint un " o " de surprise. Elle n'eut pas le temps d'intervenir.

"NON !"

Les charges étaient déjà tirées.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Glebber
Trop collant malgré lui
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 31

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   Dim 24 Juin - 9:53

MOMO – Si seulement je pouvais comprendre ce que tu dis...

Pour les Pokemons eux-mêmes, ce serait également plus pratique de pouvoir être compris par les Humains. Après tout, aux yeux de ces derniers, les Pokemons tenaient la place d'animaux, qui avaient donc leurs cris d'animaux, n'étaient pas capables de parler la langue des Humains, et n'étaient pas dignes de le faire. Interrogez un Humain individuellement, il va évidemment vous dire que les Pokemons sont merveilleux, qu'ils composent le monde en étant les égaux des Humains, et autres belles paroles ; mais observez la société humaine dans son ensemble, vous verrez que les Humains, parce que ce sont eux qui construisent des villes, parce que ce sont eux qui capturent des Pokemons et leur donnent des ordres, parce qu'ils se croient l'espèce vivante la plus développée et la plus intelligente, estiment au final qu'il est normal que cette place d'espèce supérieure leur revienne, et que la vie d'un Humain a plus de valeur que la vie d'un Pokemon.
Alors, les Galopas et les Bourrinos sont logiquement utilisés comme montures, les Ecremeuh sont traites comme si c'était leur unique utilité, de même que les Wattouats sont tondus, les Tauros sont élevés comme du bétail, les Miaouss et les Chacripan font bien dans un appartement, les Caninos et les Malosses gardent les maisons, et les Tadmorvs et Miamiasmes sont traités comme des déchets indésirables.
Les Pokemons au service des Humains, à leurs ordres, dépendant d'eux. Comme si les Humains ne dépendaient pas des Pokemons...
De fait, c'était donc dans cette société aux Pokemons de comprendre la langue des Humains, et certainement pas aux Humains d'apprendre le langage des Pokemons. Logique implacable...

Alors, quand Glebber entendait des Humains se plaindre de ne pas pouvoir comprendre ce qu'il disait, ça le faisait doucement rire intérieurement. Les Humains n'étaient pas incapables intellectuellement d'apprendre à traduire la langue des Pokemons.

La dresseuse voulut approcher lentement une friandise, mais Glebber n'était quand même pas tranquille. Normalement, si un dresseur venait ici, c'était pour chasser tous les « indésirables », certainement pas pour les attirer encore plus avec des friandises. Cette dresseuse avait l'air gentille, il y avait de quoi être stupéfait par sa façon d'aborder des Tadmorvs, des Miamiasmes et des Smogos, mais il y avait quelque chose qui n'était pas logique là-dedans.

Tout prit sens quand des agents municipaux repérèrent la dresseuse et l'attroupement qu'elle avait provoqué autour d'elle. Cinq agents, pour être précis, s'approchèrent, et l'un d'entre eux exclama suffisamment fort pour que Glebber l'entende de là où il était :

Agent municipal – V'là autre chose, ces empaffés de Pokemons ont envahi les quais ! Regardez là-bas, M'amzelle Akanegaki... Elle tente d'amadouer le chef ! Allez les gars, faut qu'on aille l'aider, la pauvre petiote seule contre une armée de déchets.

Glebber savait bien que c'était trop beau. La dresseuse n'était là que pour les amadouer. C'était fourbe. Et tous les petits compagnons de Glebber étaient tombés dans le panneau. Il avait lui-même failli se faire avoir. Mais il ne fallait jamais oublier : comme cet agent venait de le dire, aux yeux des Humains ils n'étaient que des « déchets » et devaient être éliminés comme tels.

GLEBBER – Dispersez-vous ! Cette dresseuse est avec les agents, elle n'est pas là pour être gentille !

Glebber pointa les cinq agents du doigt, pour que tous ses compagnons de type Poison analysent correctement la situation. S'ensuivit un petit chaos, les Smogos s'énervaient en répandant plus de gaz, les Miamiasmes piaillaient en sautillant sur leurs petites jambes trop courtes, et Glebber se mettait en position de combat.

Mais les cinq agents, à défaut d'avoir des Pokemons corrompus à leur service, étaient munis de pistolets-tasers. Ils commencèrent à tirer. Un Tadmorv se prit une décharge, et son corps se mit alors à fondre, se répandant faiblement au sol. Un Smogo s'écroula lourdement au sol et roula en inertie sur deux mètres. Une décharge fut même tirée vers Glebber mais le manqua de justesse par manque de précision.

MOMO – Non !!!
GLEBBER – Ne prends pas ton air choquée, fichue dresseuse ! T'es bien venu là pour ça !

Les Pokemons, agressés, entamèrent la riposte. Les Detritus et Gaz Toxik fusèrent, et Glebber leva les bras pour balancer une Bombe Acide en visant un agent et plus précisément l'arme qu'il tenait en main. Glebber espérait, en visant bien, la rendre inutilisable. Mais son jet atterrit sur les jambes de l'agent et lui rongea les vêtements. L'agent hurla à la mort comme un idiot et sautilla sur place en essayant de balayer l'acide avec la main. Chouette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   Dim 24 Juin - 15:41

Momo regarda ébahie le chaos qui venait de se répandre sur les quais en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. La stupidité d'un homme, pensa la jeune fille en regardant le chef du groupe des agents municipaux -l'homme était à l'instant même en train de comprendre pourquoi il était stupide d'essayer d'enlever de l'acide de ses vêtements avec sa main nue.

D'un côté, les Pokémons paniqués qui hurlaient et se défendaient -à juste titre pour Momo. De l'autre, des humains tout aussi paniqués parce qu'ils ne s'attendaient pas à une telle contre attaque. Cinq agents municipaux, contre le double de Pokémon sauvages. Et au milieu de tout ça, le Grotadmorv. Momo n'avait pas compris ce que le mastodonte de poison lui avait dit, mais son cri, poussé du fond de la gorge, à un tel point qu'il avait projeté des gerbes de poison violacés, avait suffit à faire comprendre son ressenti.

Momo devait arrêter cette folie, en tant que Championne d'Arène, mais aussi en tant qu'adoratice des Pokémon de type Poison et honnête citoyenne pour ses congénères. En temps normal, elle aurait été tentée de laisser les humains se prendre une bonne correction, pour leur apprendre les bonnes manières, mais la violence n'allait rien résoudre ici, surtout avec le Gortadmrov comme meneur qui semblait prêt à tout.

Plus de temps à perdre, les six Pokéballs de Momo volèrent dans les airs. A peines sortis, ils n'eurent pas besoin d'un dessin pour comprendre pourquoi ils avaient été appelés tous les six. Un cas de crise que leur Dresseuse ne pourrait résoudre qu'avec eux tous, ensemble.

"Camille !" Momo tendit son doigt vers les Pokémon Poison qui étaient déjà tombés au combat. "Protège les d'autres tirs éventuels avec Blockhaus !" La méduse bondit, ses tentacules gélatineux se succédant rapidement les uns après les autres sur le sol, lui permettant de se mouvoir tout aussi bien sur la terre que de rester accroché aux fonds des eaux.

"Andrey..." L'ectoplasma sourit en entendant son nom. "...Accompagne la, et distribue un peu de ton gaz pour leur permettre de reprendre un peu de forces." Andrey disparu comme une ombre en un clin d'oeil, mais Momo savait qu'il suivrait ses directives.

Restait à s'occuper maintenant des combattants.

"Sandra, calme les Pokémons sauvages !" La Malamandre ondula sensuellement des hanches -du moins, de manière sensuelle quand on était un Pokémon Poison, pensa Momo-, en se déplaçant parmi les Miasmiasme, Smogo et Tadmorv, surpris devant la reptile. Les Malamandre étaient réputées pour leurs sécrétions hormonales, proches de toxines, elles détendaient leurs proies. Voire paralysaient les fonctions vitales, quand elles étaient sécrétées importantes quantités, ce que Sandra éviterait.

Au côté des humains, maintenant.

Aurélion n'attendit pas les ordres de Momo. Le Drascore avait l'habitude d'être le rempart de l'équipe. Sa présence intimidait les municipaux, mal à l'aise, qui hésitaient maintenant à brandir les tasers. Tant mieux, pensa Momo, si ça ne tenait qu'à elle, le scorpion les aurait déjà broyés entre ces griffes. Mais la jeune chefe refusait de verser de l'argent à la sutpide municipalité qui les employait en remboursant la facture.

Il restait Sanchez, le Brutapode, et Cassidy, la Coatox avec Momo. Face au Grotadmorv. Momo contemplait le mutant, mal à l'aise.

"Je sais que tu dois penser que j'étais de mèche avec eux, mais je t'assure que c'est faux. N'en fais pas plus, s'il te plaît, sinon ils appeleront du renfort.

"Tu ferais bien de l'écouter", Sanchez pris la parole sans que Momo puisse comprendre un traître mot. "Il serait fâcheux que les humains arrivent en nombre pour exterminer ton clan."

"Momo a quelque influence en matière de Pokémon dans cette ville", surenchérit Cassidy la Coatox. "Laisse la gérer ça."
Revenir en haut Aller en bas
Glebber
Trop collant malgré lui
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 31

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   Mar 26 Juin - 8:39

Maintenant que les hostilités étaient lancées, la dresseuse lança plusieurs pokeballs en l'air, libérant six Pokemons de son équipe. On y était : elle avait justement provoqué ce moment, attirant tous les « déchets » pour les rassembler, et ainsi certainement pouvoir plus facilement tous les affaiblir avec des attaques de zone. C'est ce que Glebber s'imaginait à cet instant, en tout cas. Heureusement, les Pokemons Poison avaient déjà commencé à se disperser, il allait donc être plus difficile de les neutraliser en “tirant dans le tas”. Mais ils n'étaient qu'une douzaine, dont un Tadmorv et un Smogo qui étaient déjà hors d'état de nuire à cause d'un tir de taser.

Contre cinq agents – moins un temporairement distrait par l'acide – les dix Pokemons novices restants, menés par Glebber, avaient tout à fait une chance de défendre leur droit de rester sur place. Seulement, avec cette fichue dresseuse, la balance était complètement déséquilibrée.

Et pourtant, une Prédastérie vint protéger le Tadmorv et le Smogo blessés. Glebber fut interloqué, ne sachant pas comment interpréter ce geste. Sous l'ordre de sa dresseuse, un Ectoplasma vint même leur porter secours en leur générant un espace sain, comme un sanctuaire de gaz toxique.

Mais elle faisait quoi cette dresseuse ?! Elle était là pour quoi, au juste ? Elle provoquait un chaos et essayait maintenant d'arranger les choses ? Elle voulait juste jouer les héros ? Elle laissa même un Drascore intimider les agents municipaux. Voilà donc que non seulement deux des Pokemons de cette dresseuse portaient assistance aux blessés, mais un autre s'en prenait aux agents. Comme si elle avait changé de camp. Ce fut la confusion chez Glebber.

Il plissa les yeux en voyant une Malamandre se déhancher devant les Miamiasmes, Smogos et Tadmorvs prêts à se battre. Essayait-elle de les intimider ? De les distraire ? En tout cas, elle n'avait pas à s'approcher d'eux comme elle le faisait. Cela ne plut pas du tout à Glebber, qui ne manqua pas de la prendre directement à parti :

GLEBBER – Hey ! Toi ! Je t'interdis de t'approcher d'eux !

Il la menaça d'un Coud'boue qui vint volontairement s'écraser aux pieds de la reptilienne. Le message était clair : si elle n'arrêtait pas ce qu'elle était en train de faire, la prochaine attaque viserait sa tête et non ses pieds.

MOMO – Je sais que tu dois penser que j'étais de mèche avec eux, mais je t'assure que c'est faux. N'en fais pas plus, s'il te plaît, sinon ils appeleront du renfort.

Glebber planta son regard dans celui de la dresseuse, qui restait flanquée d'un Brutapode et d'une Coatox comme gardes du corps, au cas où le Grotadmorv s'énerverait contre elle. Juste prudence.
Mais comment la croire maintenant ? Ses deux gardes du corps appuyèrent les mots de leur dresseuse, essayant de convaincre Glebber de ne plus agir, car il serait fâcheux que les Humains arrivent en plus grand nombre pour exterminer la petite troupe. La Coatox prétendit même que sa dresseuse avait une certaine influence dans la ville. Aux yeux de Glebber, elle ressemblait à une dresseuse comme tant d'autres. Même si tous ses Pokemons étaient évolués au dernier stade, il fallait le noter.

GLEBBER – Vous pouvez me dire ce que vous voulez, mais je ne suis pas bête : les agents ont appelé votre dresseuse par son nom, et ont bien confirmé qu'elle était juste là pour essayer de nous amadouer. Evidemment qu'elle est de mèche avec eux ! Les Humains méprisent nos trois espèces, alors ne soyez pas naïfs juste parce que vous obéissez aux ordres de cette Humaine !

Tout en parlant, Glebber gardait un œil sur la Malamandre. Il l'avait déjà dans le collimateur, celle-là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   Mer 25 Juil - 15:10

Non.... Non. Non ! Ça n'aurait pas dû se passer comme ça... Ça n'aurait pas... Momo avait reçu les paroles du Grotadmorv comme un coup. De sa faute ? Mais non, elle... Elle avait juste voulu être amicale... Et pourtant, alors qu'elle laissa son regard parcourir le quai, elle ne vit que le chaos. Les deux sauvages blessés gémissaient alors que Andrey et Camille tentaient tant bien que mal de les protéger. Les humains étaient désemparés, ils ne savaient plus quoi faire, et il avaient peur de représailles. L'un deux sortit un téléphone de sa poche, ses mains tremblantes manquèrent de peu de faire basculer l'appareil. Alors c'était ça, être Championne ? C'était ça, gérer la situation entre humains et Pokémon ?

Momo serra les poings. Elle repensa à sa rencontre avec son homologue, Nyssa Germanni. Momo avait été tellement faible, tellement basse comparée à sa collègue. Aujourd'hui encore, c'était flagrant. Ça ne pouvait pas continuer ainsi. Momo se dirigea d'un pas décidé vers celui qui sortait son téléphone. Il eut un petit sursaut en la voyant s'approcher ainsi, après tout la jeune fille avait bien laissé son Drascore attaquer les humains.

"Rangez votre téléphone, s'il vous plait.

-Je... je dois contacter la mairie...
, bredouilla l'autre, appeler du renfort..."

Il sursauta lorsque Momo leva sèchement sa main, en signe d'arrêt.

"Il n'y a pas besoin de renfort, je suis Championne." Son ton était posé. L'autre déglûtit, encore déconcerté par se faire mener ainsi par une fillette. Une fillette tout de même armée d'un Drascore. Finalement, il laissa retomber son bras.

Momo se tourna à présent vers le Grotadmorv. L'équipe de la jeune fille tenta de se rapprocher, mais Momo leur fit signe de s'arrêter.

"Ce sera juste toi et moi", lança-t-elle à l'intention du Poison, "personne d'autre." Elle se rapprocha encore, mais laissa tout de même une bonne distance entre elle et le Pokémon, faisant des gestes lents. "Je suis Momo Akanegaki, Championne de l'ouest de Mégapagopolis, et experte en Type Poison. J'étais chargée d'accompagner les officiers de la mairie pour m'assurer que personne ne viendrait troubler le transfert des déchets. Je suis de ton côté, Grotadmorv. Tu as voulu protéger les tiens contre ces humains qui ont agit avant de réfléchir. Et je sais que j'en suis en partie responsable, malgré moi. J'en suis désolée. Mais ce combat doit cessé. Je t'en prie..."
Revenir en haut Aller en bas
Glebber
Trop collant malgré lui
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 31

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   Dim 5 Aoû - 19:35

La dresseuse n'était pas venue pour protéger les Pokemons Poison, à la base. Sinon les agents ne lui auraient pas parlé de cette manière. La dresseuse était avec les agents, de leur côté. Peut-être par sottise ou par naïveté, elle avait cru que les agents respecteraient la tranquilité des Tadmorvs, Miamiasmes et Smogos qui se régalaient d'un tel amoncellement de déchets. Voilà la seule explication que Glebber était capable de formuler pour sortir de sa confusion. L'expression de détresse chez la dresseuse tendait à confirmer cette hypothèse. Cette sotte n'avait pas un seul instant imaginé que les choses allaient pouvoir tourner comme ça. N'avait-elle jamais entendu un seul individu de son espèce parler d'un Miamiasme avec mépris, se pincer le nez à l'approche d'un Tadmorv en détournant le visage ? Dans une ville polluée comme Megapagopolis qui justement attirait ces espèces pokemons ?!

Se ressaisissant, la fille aux cheveux violets se porta à l'encontre d'un agent qui s'apprêtait à passer un coup de téléphone, sans nul doute pour appeler du renfort. Elle lui intima de ne rien faire, comme si elle était son supérieur hiérarchique. Et cela fonctionna. Elle revint ensuite auprès de Glebber. Ses Pokemons voulurent avancer avec elle, et Glebber se tourna d'abord face à la Malamandre pour la menacer si elle approchait de trop près, mais il n'eut pas besoin d'aller au bout de son geste car la dresseur leur fit à tous un geste de la main.

MOMO – Ce sera juste toi et moi, personne d'autre.

Les Pokemons obéirent. Les Tadmorvs, Miamiasmes et Smogos se tinrent également en retrait, observant le dialogue entre les deux “chefs”. Ca prenait l'allure d'un entretien diplomatique. La dresseuse elle-même n'osait pas approcher trop près du Grotadmorv.

MOMO – Je suis Momo Akanegaki, Championne de l'Ouest de Mégapagopolis, et experte en type Poison. J'étais chargée d'accompagner les officiers de la mairie pour m'assurer que personne ne viendrait troubler le transfert des déchets. Je suis de ton côté, Grotadmorv. Tu as voulu protéger les tiens contre ces Humains qui ont agi avant de réfléchir. Et je sais que j'en suis en partie responsable, malgré moi. J'en suis désolée. Mais ce combat doit cesser. Je t'en prie...

A bien considérer la situation, de toute façon, les Pokemons de la dresseuse semblaient puissants, et le statut de Championne ne devait pas être un mensonge au vu de la réaction des agents qui non seulement la connaissaient, mais respectaient ses ordres. Glebber était là avec des Pokemons probablement non entraînés au combat, en tout cas pas autant que ceux de la Championne, et si combat il devait y avoir, ce ne serait pas en faveur des innocents.

GLEBBER – Tu aurais dû savoir que ça se passerait comme ça ! Tu aurais dû anticiper.

Glebber ne pouvait pas non plus oublier que la Championne n'avait eu que des gestes tendres envers ses protégés. A aucun moment elle n'avait cherché à se mettre du côté des agents, bien au contraire. Elle avait d'abord nourri les Tadmorvs, les Miamiasmes et les Smogos, avait même aussi proposé de la nourriture à Glebber par qui elle avait eu l'air fascinée un instant, puis elle les avait imémdiatement protégés quand les agents, les premiers, avaient fait feu. Glebber eut un peu de remords, se trouvant assez injuste de s'en prendre aussi durement à elle.

GLEBBER – Mais la faute première revient à tous les agents, de toute manière. Toi, tu as l'air gentille, mais je ne peux pas m'empêcher de t'en vouloir un peu pour ce qui vient de se passer. Tu as de l'autorité face à ces agents, alors si tu es honnête, tout ça n'aurait jamais dû se produire.

Glebber glissa un coup d'œil vers les agents, mais ces derniers avaient été refroidis, et ne semblaient pas près d'envenimer la situation. Tout semblait revenir au calme. Glebber s'adressa alors à ses protégés :

GLEBBER – Tout va bien. Tout ça n'était pas prévu, c'est un malentendu. Tout s'arrange. Que tout le monde se calme. Vous allez pouvoir rester là et continuer à profiter des lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Glebber]Une mer d'ordures   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Glebber]Une mer d'ordures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une ile d'ordures plus grande que le Texas
» 360 kg d'ordures par an par français...
» Tournoi de popularité [spécial "Ordures"]
» Au pays des ordures, les fumiers sont rois
» Les oiseaux

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: