Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

 Au creux des égouts - PV Glebber

AuteurMessage
Lowell Chester
A New Challenger Approaches
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2018

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Au creux des égouts - PV Glebber   Lun 19 Fév - 15:14




« Merci m’dame, bonne journée à vous ! »

Les bras chargés de ses courses pour la semaine, Lowell sortait tout juste de l’épicerie non loin de chez lui. Marchant paisiblement à ses côtés, son Héricendre profitait de cette sortie régulière pour prendre le soleil de Port Lieucca, laissant l’astre diurne caresser son dos et sa tête d’une chaleureuse lumière. Le blondinet commençait à se faire remarquer dans le voisinage ; plus les jours passaient, plus sa démarche s’accélérait quand il était hors de chez lui. L’impatience à l’idée d’enfin quitter la maison de son père pour explorer le vaste monde, à commencer par la région insulaire de Maïlys, devenait insupportable, et cette hâte constante se répercutait sur chacune de ses activités – il trottinait, à la limite de la course, en allant et en revenant des courses. Ses pieds battant le bas-côté de la route, il laissait son oreille traîner dans les conversations des gens qu’il croisait. Il avait beau savoir que c’était une mauvaise habitude, Chester Junior ne se lassait jamais d’entendre ces extraits de la vie des gens, les rumeurs qui parcouraient la ville portuaire dans laquelle il avait grandi, les nouvelles qui secouaient sa région ces temps-ci. Et lors de ce court trajet, très habituel, il ne fut pas déçu.
Alors qu’il croisait le chemin de deux jeunes femmes aux larges chapeaux blancs et aux lunettes de soleil opaques, il entendit leur conversation amusée avec un petit sourire aux lèvres, se réjouissant espièglement de l’idée qu’elles ne sauraient jamais que leur dialogue avait cessé d’être privé à l’instant où elles étaient toutes les deux entrées dans son champ de vision.

« Tu sais que la fête de Tommy a été annulée ? Il dit qu’on ne peut pas venir chez lui finalement, ils ont un problème dans les égouts, et tout le Quartier de l'Écume empeste ! T’imagines l’horreur ?
- Encore une prolifération de Tadmorv tu crois ? Y en a de plus en plus ces temps-ci… »


Les deux jeunes demoiselles ne virent bien sûr pas que, derrière elles, Lowell Chester avait commencé à courir, rentrant chez lui en moins de deux, jetant sans ménagement ses provisions sur la table de la cuisine, à peine retenues par leur sac en papier brun. Son premier compagnon, Héricendre, était déjà avec lui ; il profita de l’escale pour récupérer également son Écrapince.

« Les gars, on sort ! Y a du grabuge au Quartier de l'Écume, je veux voir ça de mes propres yeux ! »


Le père de Lowell avait déjà disparu depuis quelques temps à ce moment-là. Le blondinet avait choisi de ne pas décaler la date de son départ en voyage initiatique malgré cela, mais ça impliquait aussi de ne pas l’avancer – et à peine trois jours avant le grand départ, il s’ennuyait ferme. Chaque petite nouvelle était prétexte à une activité ou une autre, et un problème comme celui-ci lui permettrait de s’occuper, au moins pour la journée. Et puis, Tadmorv ou autre, un Pokémon sauvage restait un Pokémon sauvage, et il avait toutes les raisons du monde de s’habituer à leur contact.

C’est ainsi qu’en ce début d’après-midi, Lowell souleva une plaque d’égout à l’entrée du Quartier de l'Écume, une zone résidentielle huppée non loin du centre de Port Lieucca, et se glissa à l’intérieur des boyaux malodorants dès que plus personne ne fut dans le coin pour le voir, suivi de ses deux camarades. Héricendre se percha sur sa tête, peu tenté par l’idée de tremper ses pattes sur le sol humide, tandis qu’Écrapince, dont l’espèce vivait sans peine dans les eaux sales, pataugeait joyeusement sur la passerelle en béton, équivalent sous-terrain des trottoirs. La lumière filtrait mal à travers quelques caniveaux et plaques d’égout ; dans l’ensemble, le lieu était plongé dans une pénombre grisâtre et, le jeune Dresseur devait bien l’avouer, clairement nauséabond. Sans être incapable de continuer, il était tout de même légèrement rebuté par cette odeur désagréable qui lui agressait les narines. Mais là encore, ce qui était pour lui une puanteur claire était probablement le parfum naturel des Tadmorv qui vivaient dans ces eaux, alors était-il vraiment légitime de s’en plaindre ?

Il fallait l’avouer, Lowell ne savait pas trop ce qu’il faisait là. Il voulait juste voir la source de cette puanteur de lui-même avant que la ville n’envoie des dresseurs municipaux pour chasser de force tous les Tadmorv qui vivaient là – idée qui déplaisait à Lowell.


Revenir en haut Aller en bas
Glebber
Trop collant malgré lui
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 30

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Au creux des égouts - PV Glebber   Lun 19 Fév - 21:07

Les eaux immondes du vieux quartiers de Port Lieucca étaient attrayantes pour les “indésirables” : Rattatas, Miamiasmes, Glouptis, mais aussi Tadmorvs. Seulement, tout ce beau monde n'arrivait pas toujours à vivre en bonne entente, et il fallait y ajouter l'incompatibilité du mode de vie de certains avec l'activité humaine, en plus du fait que s'ils étaient dits “indésirables”, c'est justement parce que les Humains ne voulaient pas d'eux dans la mesure du possible.

Tous ces facteurs réunis amenaient parfois à des tragédies. Comme pour ces quatre Tadmorvs, livrés à eux-mêmes en marge de la ville alors qu'ils étaient pourtant très jeunes et déjà orphelins. Si l'on croyait à la destinée, à la providence, on se dirait que c'est cela qui avait permis à Glebber de rencontrer ces quatre très jeunes orphelins. C'était il y a quatre jours. Glebber venait de passer du temps en ville, il avait même rencontré un dresseur venu gentiment trouver un compromis avec un restaurateur qui ne voulait pas voir le Grotadmorv traîner près de son établissement. Et puis, à force de vagabonder, il avait trouvé les quatre Tadmorvs.

Cela faisait très longtemps qu'il n'avait pas vu des congénères, évolués ou non. Se rappelant sa jeunesse, il s'était intéressé à eux et les avait aussitôt pris en pitié, se jurant de leur trouver un abri où ils pourraient vivre et grandir sans être embêtés, au moins pas par les Humains. Sa première idée avait bien sûr été de parcourir les égouts de la ville. Et il avait trouvé un petit coin au bout d'un jour. Il y avait suffisamment de quoi vivre pour quatre enfants Tadmorvs. Cela faisait donc trois jours à présent que Glebber leur tenait compagnie dans les égouts. Parfois, quelques Rattatas, Nosferaptis et Glouptis étaient de passage mais ne créaient aucun incident.

SULMIGU – Tu reviendras nous voir, dis ?

Glebber sourit. Sulmigu était l'une des deux femelles parmi les quatre orphelins.

GLEBBER – Bien sûr ! Ne t'inquiète pas, je suis sûr que Minol vous protègera très bien jusqu'à ma prochaine visite.

Minol était l'aîné, un mâle courageux et plein de bonne volonté, qui veillait sur les trois autres comme un grand frère. Les deux autres Tadmorvs étaient Omobeg et Ajali, qui étaient frère et sœur pour de vrai, eux.

AJALI – Venez ! Il y a Minol qui a entendu du bruit ! Il pense qu'un Humain est descendu dans les égouts !

Quoi ?! C'est pas vrai ! Glebber n'en revenait pas. Cela faisait seulement trois jours qu'ils étaient là, et déjà un Humain allait venir les embêter ?!

SULMIGU – Tu vas te mettre en colère ? Je n'aime pas quand tu es en colère...

Une fois, Glebber s'était mis en colère contre un Humain devant eux, et Sulmigu, la plus jeune des quatre, avait eu un peu peur.

GLEBBER – Un jour tu seras courageuse comme Minol et tu n'auras plus peur de te mettre en colère, tu verras.

Glebber lui fit un sourire rassurant.

AJALI – Migol est allé voir.
GLEBBER – Où est ton frère ?
AJALI – Un peu plus loin. Il arrive, je crois.
GLEBBER – D'accord. Restez groupés ici. J'espère que Migol ne va pas s'attirer d'ennuis le temps que je le rejoigne.
AJALI – Il aime bien se battre...

Ajali voulait dire par là que Migol allait sûrement chercher à impressionner l'Humain pour le faire partir, et si c'était un dresseur, il risquait donc de s'attirer un combat. Et Glebber n'aurait pas le temps d'être là avant. Un Grotadmorv, c'est très lent, et Glebber l'était encore plus que la moyenne...
Revenir en haut Aller en bas
 
Au creux des égouts - PV Glebber
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les égouts d'Osgiliath
» Quand on est au creux de la vague...
» projet de décor d'égouts
» [Missions D] Balades dans les égouts...
» [Lucita] Les égouts et l'université !

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: