Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

 Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}

AuteurMessage
Merry Lowe
« I’m ready to roll ! »
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}   Mer 31 Jan - 13:53




C’était un jour ensoleillé au port Lieucca, le moment idéal pour permettre aux gestionnaires de la pension d’ouvrir le parc où les pensionnaires, pokémons de tout environs pourraient profiter d’un bon repas sous le soleil. Le vieil homme contemplait la splendeur de ce spectacle: Les pokémon jouaient les uns avec les autres, se pourchassaient, discutaient, se prélassaient au soleil… son sourire bienveillant s’élargissait en voyant un grotichon et un goinfrex s’approcher de lui, leur ventre criant famine.

“ - Oui, oui…” consolait-il d’une caresse sur leurs têtes au cri impatient de ces pokemons. “Encore un peu de patience. Merry ne devrait plus tarder… Tiens, en parlant du lougaroc. (Il porta ses mains autour de ses lèvres et cria) Merry ! Je ne pourrais pas tenir ces pokémons affamés plus longtemps !
- Oui, j’ai eu un petit contre-temps, j’ai croisé Lawrence en chemin, il m’a aidé à porter les sacs !
- B’jour m’sieur !

Lawrence était un gamin du port Lieucca, il passe de temps à autre à la pension en rentrant de l’école pour aider Merry à prendre soin des pokémon. Ses parents plaisantent souvent à l’idée que Lawrence a trouvé sa première amourette en l’assistante de la pension. Il agitait sa main de mouvements amples avant de se rendre compte que le sac était bien trop lourd pour être porté d’un bras et de le rattraper de justesse avant qu’il ne lui glisse des mains. Le vieil homme ne put s’empêcher de rire doucement en entendant son assistante gronder l’enfant d’être plus prudent. Ces enfants étaient un bol d’air frais pour ses vieux poumons presque tout autant que les pokémons dans le parc.

“ - Bonjour… Oh ! Te voilà Merry !

Madame Marcy était à l’accueil à accueillir les dresseurs souhaitant laisser leurs pokémons à la pension le temps de quelques heures voire quelques jours. Sa petite mine montrait qu’elle venait de se réveiller. Sortant d’une maladie bénigne, elle s’était décidée à reprendre sa place habituelle en caressant d’une main le Skitty assoupit sur le comptoir. La vieille femme salua gentiment le garçon caché derrière le sac de course qui lui répondit dans un souffle à l’effort produit.

“ - Merry, tu en a mis du temps…” lui fit remarquer la vieille dame.

“ - Je sais Mémé, j’ai eu un petit contre-temps… je voulais acheter une couette pour mon oeuf.
- Encore un cadeau ? Ho-ho ! ce pokémon n’est toujours pas sorti de son oeuf qu’il est déjà extrêmement gâté !
- Tu craqueras autant que j’ai craqué en voyant cette couverture, Mémé.. mais plus tard ! J’ai des bouches à nourrir.

Merry posa ses sacs l’un après l’autre sur la table de la cuisine. Sa robe s’était froissée par le transport et ses cheveux mal peignés formait des épis dans ses couettes. Elle avait veillé une partie de la nuit à veiller sur la grand-mère et sur la préparation des repas pour chaque pokémon. La jeune femme eut une panne de réveil et rattraper le temps perdu était plus important pour elle que de brosser ses cheveux convenablement. Merry attrapa un tablier et l’attacha autour de sa taille avant de retrousser ses manches et attacher sa chevelure en un chignon débraillé. Elle devait vite faire les poffins maintenant. Son cahier ouvert, à côté, elle compta mentalement le nombre de poffins de chaque saveurs qu’elle devait faire. Lawrence suivit scrupuleusement les directives de Merry en s’assurant de ne rien oublier.

C’est au bout de trente minutes que le vieux propriétaire entra dans la cuisine pour surveiller le tout. Les poffins encore chaud aurait fait saliver n’importe qui… n’importe qui comme un certain makuhita qui tenta d’attraper un poffin tandis que Merry avait le dos tourné. C’était sans compté sur l’oeil avisé de Lawrence qui récupéra le plateau de poffins sous son nez.

“ - Non, Gronchon, ce n’est pas pour toi !
- Merci Lawrence. Gronchon, je suis en train de faire les poffins que tu préfères, tu peux attendre encore deux minutes ?

Le makuhita acquiesça en signe de compréhension tandis qu’il regardait sa maîtresse cuisiner. Le makuhita était bien plus potelé qu’un makuhita ordinaire, il semblait manquer d’exercice et ses activités physiques se réduisaient à jouer avec les autres pokémon dans le parc.

Le vieil homme attrapa le plateau de poffins que Lawrence lui tendit, le remerciant de sa gentillesse par la même occasion.

“ - Tu es si gentille Merry… tu n’étais pas obligé de faire tout cela, nous aurions pu nous contenter des repas habituels pour les pokémons.
- Je ne pense pas que tous le monde soit de cet avis, avec ce grand soleil, rien de mieux qu’un repas riche pour s’amuser !

Il acquiesca avant de retourner au parc de la pension. Si la jeune femme semblait satisfaite de ses activités et que le vieux couple était redevable de son implication, il préfèrerait que cette dernière se consacre davantage à son départ en tant que dresseuse. Dans un soupir, il souhaita que l’oeuf confortablement posé dans sa couveuse éclose rapidement.

C’est à cet instant que le téléphone sonna, Madame  s’était absentée de son poste pour répondre au téléphone et que la sonnette tinta.

“ - Merry, peux-tu aller voir, ma chérie ?
- Tout de suite, Mémé ! Lawrence, surveille les poffins… et Gronchon.
Son regard était alternativement passé du jeune garçon au pokémon avant de sortir de la cuisine, les cheveux détachés à présent et le tablier plié sur son avant-bras.

Bonjour et bienvenue à la Pension Pokémon de Lieucca ! Que puis-je faire pour vous ?




Dernière édition par Merry Lowe le Dim 25 Fév - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lowell Chester
A New Challenger Approaches
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2018

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}   Mar 6 Fév - 15:56



À deux pas de là, une étroite ruelle se faisait sinueuse entre la porte de derrière d’une petite maison et les poubelles d’un café populaire parmi les jeunes aisés du Port Lieucca. Lowell Chester s’y était assis, le dos contre la maison, calmant sa respiration doucement. Devant lui, ses deux compagnons, Héricendre et Écrapince, l’observaient d’un œil inquiet. Les deux petites créatures étaient habituées au combat, de par leur propre nature, mais force était de constater que le blondinet n’était pas autant à l’aise avec l’idée de se battre dès qu’il devenait la cible des attaques. En chemin vers la pension Pokémon de Port Lieucca, il s’était rendu compte que ses yeux coulaient d’eux-mêmes, inondant ses joues de larmes, sans même qu’il ne sanglote – en tout cas jusqu’à ce qu’il s’en rende compte. Inexplicablement honteux de sa propre décharge d’émotions, simplement due à la baisse de l’adrénaline dans son organisme, il avait fait une pause à l’abri des regards, le temps que ses yeux sèchent et qu’il se calme. En guise de présence rassurante, il avait demandé à ses deux compagnons de rester à ses côtés. Les deux êtres venaient de lui sauver la vie, après tout ; il lui serait difficile de trouver des gardiens plus affirmés avant un bon moment.

Après plusieurs minutes, qui lui parurent des heures, Lowell se sentit enfin prêt à se remettre en marche. En calmant sa respiration, il avait effectué la routine que lui avait apprise son père, quand ils avaient visité Sinnoh et qu’il avait eu peur, la nuit tombée, qu’ils se fassent attaquer par des Pokémon sauvages dans le noir. Un jeu précis d’inspiration et d’expiration pour calmer l’angoisse, tout en gardant quelque chose de rassurant sous les yeux – son père à l’époque, ses propres Pokémon aujourd’hui. Tant que ce quelque chose était là, il ne risquait plus rien.

La nature oublieuse et naïve de Lowell Chester joua en sa faveur ce jour-là. Là où la plupart des enfants de son âge se seraient probablement retrouvés traumatisés par une telle expérience, terrorisés à l’idée de se lancer dans un nouveau combat Pokémon, et se seraient hâtés de rentrer chez eux la queue entre les jambes.

Lowell Chester, lui, se fit la remarque que son voyage commençait de façon vraiment inhabituelle, et que son père se paierait bien sa tête quand il lui raconterait ça. Puis il se leva, reportant l’angoisse à plus tard comme on reporte le passage du balai chez soi. Il rappela Écrapince et invita Héricendre à grimper sur son épaule, se dirigeant ainsi, aussi insouciant que jamais, vers la pension. Arrivé devant la porte du bâtiment, Lowell marqua une courte pause pour jeter un regard amusé au jardin ouvert de celui-ci, dans lequel de multiples monstres de poche se couraient après. Il reconnut notamment un Goinfrex, qui semblait désespérément tenter de grimper le tronc d’un arbre à baies. En voilà un qui a faim, pensa le jeune dresseur avec un ricanement.

Finalement, il se décida à faire avancer le scénario et pressa la sonnette à droite de la porte de la pension, et se glissa à l’intérieur. Bien assez vite, une jeune fille apparut derrière le comptoir, posant ses yeux bleus sur le blondinet, à qui il avait suffi de cinq secondes d’attente pour ne pas savoir où se mettre dans cet accueil bien trop vide à son goût.

Bonjour et bienvenue à la Pension Pokémon de Lieucca ! Que puis-je faire pour vous ?

« Err… Bonjour ! »


Lowell n’était pas exactement à l’aise. Il s’attendait à tomber sur Mémé, l’habituelle tenancière de l’accueil de la pension, qu’il connaissait depuis l’époque où il devait mettre ses deux mains sur le comptoir et tirer de toutes ses forces pour en faire dépasser ses yeux d’azur. La jeune fille qui lui avait adressé la parole, il ne la connaissait pas, et ça le surprenait. Les Marcy avaient eu une petite fille, et il n’était pas au courant ? Cela le laissait, au mieux, perplexe.

« Je suis Lowell, Lowell Chester. J’avais un rendez-vous prévu avec Pépé Marcy… Je commence mon voyage autour de l’île aujourd’hui, et il avait accepté de me confier un œuf de bébé Pokémon à cette occasion. » Il marqua une légère pause, avant d’ajouter, un petit sourire avenant sur le visage. « Excuse-moi, mais j’ai à moitié grandi dans ce jardin, et je ne t’ai jamais vue. Tu as été engagée par la pension récemment, ou quelque chose comme ça ? »

Sur son épaule, Héricendre se redressa légèrement, levant une patte en guise de salut, lâchant un de ses petits cris bien à lui.

« Ah et… Oui, voilà Héricendre. C’est mon tout premier Pokémon, il va m’accompagner tout autour de Maïlys ! »


Revenir en haut Aller en bas
Merry Lowe
« I’m ready to roll ! »
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}   Mar 6 Fév - 18:11




Devant elle, un jeune blondinet aux yeux azur. Il n’était pas rare de croiser des tous jeunes dresseurs dans les environs et celui-ci n’en fit pas exception. La seule différence avec les autres enfants partant à l’aventure ou aux touristes était sa capuche blanche aux oreilles arrondies, était-ce un sweat-shirt Polagriffe ? Elle en avait entraperçu dans une boutique pokémon au port Lieucca mais c’est la première fois qu’elle en voyait un. Peut-être s’agit-il d’un pokéfan, pensait-elle malgré elle en le dévisageant.

 Lowell Chester... ” Elle fronça ses sourcils, creusant dans sa mémoire si ce nom lui disait quelque chose. C’est à la suite des explications de Lowell qu’elle s’exclama : “ Ah ! CE Lowell Chester-là ! Oui, Pépé et Mémé m’ont beaucoup parlé de toi… Et de ta venue ! ” Elle s’abstenait de lui décrire l’un des récits dont avait pu s’enorgueillir Mémé Marcy, après tout, il n’était pas correct de parler à un client comme à une nouvelle connaissance de sa période infantile : Elle laissera se plaisir à Mémé Marcy.

“ Je suis ici depuis peu de temps en effet, mon nom est Merry Lowe. Je viens de Myokara à Hoenn. Je vis avec Pépé et Mémé et en échange je les aide à la Pension, pour le moment. » Elle exécuta machinalement le salut typique des combattants, un salut qui s’est rapidement généralisé chez les Lowe et les amateurs du dojo de Myokara : une main raide où frappe doucement son poing. “ Ravie aussi de te rencontrer Héricendre ! » Son regard ce porta vers le petit pokémon dont la mignonnerie apparente fit battre son petit cœur d’éleveuse. A nouveau, ce genre de rencontre la confortait dans son choix de partir de Myokara, jamais elle n’aurait pu voir ce genre de pokémon chez elle.

“ Pour ce qui est de Pépé, il a du repartir dans les jardins. Mais j’imagine que vous pouvez directement l’y rejoindre. Je vais prévenir Mémé aussi de votre arrivée. ”

D’un sourire, elle quitta son poste à l’accueil après s’être assuré que le dresseur avait bien rejoint les  jardins. Elle croisa Mémé à qui elle annonça la venue du petit « Lowell Chester » dans les jardins, son sourire s’illuminait de nouveau en cette somptueuse journée et s’empressa de ses petites jambes de retrouver ce petit môme dans les jardins également. Au même moment, Merry avait retrouvé sa place auprès de Lawrence dans la cuisine, constatant la situation délicate dans laquelle il se trouvait : Il maintenait Gronchon du mieux qu’il pouvait, l’empêchant de rejoindre le plateau chaud de ses poffins favoris.

 J’ai eu à peine le temps de les sortir que Gronchon s’est empressé de vouloir en prendre un ! ” soufflait le jeune garçon voyant bien que le Makuhita parvenait à le traîner avec lui. Les mains sur la taille, Merry haussa le ton suffisamment pour que le pokémon la remarque. Il suffit d’un instant, un seul pour qu’il n’ose aucune tentative à l’encontre du plateau de poffins. La jeune demoiselle se contenta de pouffer de rire avant de tendre un des poffins à son pokémon qu’il prit et dévora avec plaisir.

“ Merci de t’être occupé de tout ça pour moi Lawrence, ils m’ont l’air très réussi ! ” Accroupit devant le petit garçon, une main affectueuse dans ses cheveux, elle esquissa un doux sourire qui ébranla le tempérament hyperactif de Lawrence. “ Bien, à présent, il est temps d’apporter tout ça aux pokémons, ils doivent mourir de faim. ”

L’expression de Pépé s’était fermée, il laissa tomber sa main qui maintenait précédemment son menton durant sa réflexion sur le don d’un œuf de pokémon.

 Effectivement, je t’ai promis un œuf de pokémon pour ton départ en tant que dresseur pokémon mais j’ai une toute autre idée qui m’est venu à l’esprit... ”.

Une certaine malice s’éveilla dans le regard du vieil homme et semblait lui donner une nouvelle jeunesse sous ses rides finement tracées. Au même moment, Merry Lowe arriva avec son makuhita et Lawrence, les bras chargés de plateau qu’ils vinrent déposer avec difficulté sur la table avec l’intervention gloutonne des pokémon. Le efflèche profita de sa condition de volatile pour attraper quelques poffins à son goût, le goinfrex et le grotichon se ruant sur les plateaux en se poussant l’un l’autre tandis qu’un parecool semblait prendre le temps qu’il fallait pour s’approcher d’eux et que l’aquali attendait tranquillement qu’on lui apporte son repas en savourant la fraîcheur du point d’eau en compagnie d’un magicarpe fixant avec insistance Merry dans tous ses déplacements. Mémé invita Lowell à laisser ses pokémon rejoindre le groupe quand le vieil homme reprit la parole : “ Vois-tu, j’aimerais beaucoup que tu me montres tes talents de dresseur, cela fait un moment que je n’ai pas eu l’occasion de voir un vrai combat sous mes yeux. Et justement, j’ai avec moi un tout nouveau dresseur qui pourrait parfaitement faire l’affaire. ”

Lawrence qui s’était approché de Lowell et de Pépé Marcy s’exclama “ Moi ? ” les yeux pétillants de fierté et de détermination à cette éventualité.
“ - Non Lawrence, tu es un personnage secondaire dans cet épisode.
- Moooh…  ronchonnait le petit garçon en baissant la tête, tout pénaud.
- Merry ! ”

A cet instant, la jeune éleveuse s’approcha du groupe, un plateau fraîchement vide dans les mains par l’appétit de ses pensionnaires.

“  - Tu te battras contre Lowell, s’il veut cet œuf de pokémon, il va devoir t’affronter. ”

Merry resta ainsi interdite, les yeux grands ouverts et la mine surprise par cette annonce, elle porta son attention à Lowell, cherchant dans son regard une plaisanterie de mauvais goût.

“  - Mais je….
- Allons, allons, tu t’es entraîné depuis un moment pour ça, n’est-ce pas ? Je suis certain que tu seras très bien. Et puis, Lowell est le fils d’un très bon dresseur de ma connaissance, il pourrait t’apprendre quelque chose, qui sait ? ”

Merry chercha du réconfort auprès de Mémé qui se contenta d’hausser les épaules l’air de dire “ Tu sais, quand Pépé à une idée derrière la tête… ”. A deux contre une, elle se résigna à refuser.

“  - Ce serait juste un match amical, rien de bien méchant… Et puis, ça aidera Héricendre et Ecrapince à mieux digérer pour la route. Qu’en penses-tu Lowell, tu relèves le défi ? 


[Le laps de temps entre le moment où tu rejoins le jardin et la demande du grand-père t’es libre, jusqu’au moment où Merry revient ce qui suit sera à intégrer dans ton post]


Dernière édition par Merry Lowe le Dim 25 Fév - 22:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lowell Chester
A New Challenger Approaches
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2018

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}   Mer 14 Fév - 21:15




« Ah, c’est toi Lowell ! T’as bien grandi, dis-moi !
- Pépé, on s’est vus en ville il y a trois semaines. »


Malgré le ton de sa voix, c’était un sourire sincère qui avait fleuri sur le visage du blondinet, tout simplement ravi de voir le petit homme qu’il avait appris à considérer comme son grand-père – l’appelait ainsi n’aidait pas, soyons honnête. Dès que Lowell avait fait un pas dans les jardins, Héricendre avait sauté de son épaule, sautant sur la tête du Grotichon qui se baladait par-là. Les deux Pokémon feu jouaient ensemble, le cochon profitant de leur écart de taille pour porter le compagnon de Lowell à bout de bras, jonglant avec lui pour le faire rire, le tout sous le regard bienveillant du jeune Dresseur et de l’hôte de la pension.

« Alors le grand jour est venu ? Tu t’en vas, même sans nouvelles de lui ?
- Tu imagines le savon qu’il me passerait, si j’avais reporté mon départ ? Il serait là à grogner et à râler, avec ses gros sourcils qui se rejoignent presque quand il les fronce… »
Lowell tenta maladroitement d’imiter son père, fronçant les sourcils au point d’en loucher, faisant allègrement rire le vieil homme.
« Oh oui, il t’accuserait sûrement d’avoir reporté ton voyage pour une raison triviale parce que tu as les foies. » Renchérit celui-ci avec un sourire. « C’est peut-être mieux ainsi. Et puis, s’il est en train de s’entraîner quelque part sur Maïlys, ça reste le meilleur moyen de lui mettre la main dessus ! »

Le blondinet acquiesça en silence, prenant place à côté de l’hôte de la pension, sur un banc. L’air pensif, il observait son Pokémon jouer et s’amuser. Un petit sourire naquit sur ses lèvres, partagé qu’il était entre la joie pure et simple qu’il observait en regardant Héricendre s’éclater ainsi, et l’état pensif dans lequel le projetait l’évocation de son père. *Est-ce que tu m’attends, quelque part, Papa ?*
Pépé Marcy lui jeta un coup d’œil sur le côté, respectant le silence duquel Lowell venait de se couvrir. Pour être parfaitement honnête, il était plus inquiet qu’il ne voulait bien le dire au garçon, à propos de John Chester. Il ne partageait pas la foi inébranlable qu’avait l’enfant en son père, et il avait peur de ce qui arriverait à celui-ci s’il s’avérait que l’explorateur était bel et bien mort pendant l’incident du Volcan déclenché par Fawkes et la Némésis. Doucement, il soupira. Quoiqu’il advienne, il ne lui revenait probablement pas de saper l’espoir brûlant du petit – et il n’avait aucune envie de le faire de toute façon.

Ce silence prit une fin brutale lorsque Mémé Marcy, plus rapide sur ses petites jambes qu’on ne pourrait le croire, fit irruption dans le jardin, de toute évidence en manque sérieux de joues à pincer. Elle se saisit immédiatement de celle de Lowell, la meurtrissant entre son pouce et son index.

« Eh bien Lowy, c’est seulement maintenant que tu viens dire bonjour à Pépé et Mémé ? On ne t’a pas vu ici depuis des lustres !
- Mémé, ne m’appelle pas comme ça, j’ai plus cinq ans !
- De mon point de vue, tu seras un enfant aussi longtemps que je serai de ce monde !
- On dirait que tu n’es pas sorti du sable, ‘Lowy’ »
ajouta Pépé avec un sourire narquois.

Le jeune dresseur soupira, faussement agacé, avant de se décaler, permettant à Mémé de prendre place sur le banc.

« Alors, tu as croisé Merry, à l’accueil ? Elle est mignonne, hein ?
- Mémé, t’es gênante.
- Tu veux que je lui donne ton numéro de Pokématos ? Tu n’as toujours pas de petite copine, si ?
- Mémé !
- Quoi, c’est de ton âge ! »


Lowell se leva, comme si leur rappeler qu’il était désormais plus grand que les deux tenanciers de la pension lui permettrait d’échapper aux moqueries légères qu’ils lui adressaient. Il fit les cent pas entre le banc et la porte de la pension, sentant le soleil caresser sa peau. Il avait beau jouer les adolescents agacés, l’atmosphère lui était profitable – l’incident qui s’était déroulé dans les arènes amateur du Port Lieucca lui était complètement sorti de la tête.

« Tu te souviens de la dernière fois qu’on a eu une stagiaire, ici ? » Lowell ouvrit grand les yeux à cette seule mention, ne connaissant que trop bien la suite de cette histoire. « C’était une jeune fille adorable, avec de grands yeux verts, si doux… Elle s’appelait Winnie…
- Winrose.
- Ah, tu te souviens ! »
Un sourire narquois était né sur le visage de Mémé Marcy, et les joues de Lowell étaient déjà rouges de gêne. « Tu avais eu un véritable coup de foudre ! Tu répétais à qui voulait l’entendre que, quand tu serais grand et fort comme ton père, tu l’épouserais, et que tu capturerais les Pokémon les plus mignons du globe pour qu’elle puisse s’en occuper.
- Mémé, j’avais six ans. Et tu avais promis de ne plus jamais parler de ça !
- Moi, promettre ? Aucun souvenir. Je n’aurais pas raconté ça aussi souvent si je t’avais promis de ne pas le faire, si ? »

Lowell prit une grande inspiration, les joues brûlantes de honte à ce souvenir. Tout en expirant, il tâcha de se concentrer sur ce pourquoi il était là.

« Au fait, Pépé, tu as déjà choisi l’œuf que tu vas me donner ? J’ai hâte de voir ce qui va en sortir !
- Effectivement, je t’ai promis un œuf de pokémon pour ton départ en tant que dresseur pokémon mais j’ai une toute autre idée qui m’est venu à l’esprit... »


Lowell n’avait pas la moindre idée de ce qui se tramait, mais il n’était pas sûr d’être un grand amateur du regard que venait de jeter Pépé Marcy à Merry et lui, les deux jeunes gens se tenant côte à côte, maintenant que la jeune fille venait de passer dans le jardin, un plateau de poffins entre les mains. Suite à l’autorisation de Mémé, Lowell fit sortir son Écrapince, et autorisa celui-ci et Héricendre à se joindre à la troupe de Pokémon affamés d’un signe de tête. Ses yeux d’azur, cependant, ne lâchèrent pas le visage de l’hôte de la pension. Il avait une idée en tête, et en était visiblement extrêmement fier.

« Vois-tu, j’aimerais beaucoup que tu me montres tes talents de dresseur, cela fait un moment que je n’ai pas eu l’occasion de voir un vrai combat sous mes yeux. Et justement, j’ai avec moi un tout nouveau dresseur qui pourrait parfaitement faire l’affaire. »

Suite à un court dialogue rappelant que les auteurs de ce RP aiment faire des blagues sur le quatrième mur, il fut décidé que Lowell affronterait Merry en combat Pokémon. Le jeune garçon était peut-être calmé depuis son combat précédent, mais il en avait tiré quelques leçons – hors de question qu’il intervienne dans ce match comme il l’avait fait contre le Solaroc. Il s’attirerait probablement beaucoup moins d’ennuis en la jouant propre, à la façon de la Ligue Pokémon. Il n’était pas certain d’être prêt à prendre le risque d’avoir de nouveau une psychopathe tentant de lui poignarder l’œil à coups de cailloux sur le dos, et certainement pas en une seule journée.

« Ce serait juste un match amical, rien de bien méchant… Et puis, ça aidera Héricendre et Ecrapince à mieux digérer pour la route. Qu’en penses-tu Lowell, tu relèves le défi ?
- Papa me déshériterait sûrement si je ne le relevais pas. Héricendre, tu te sens prêt ? »
Le Pokémon feu gambada joyeusement vers son dresseur à l’appel de celui-ci, se tenant au pied du blond, tentant de reproduire le salut martial que leur avait fait Merry plus tôt avec ses courtes pattes. « Cela te convient, Merry ? Un simple duel entre Héricendre et un de tes Pokémon. Simple et rapide, on ne veut pas qu’ils se blessent ! »

Lowell avait tendu le poing, invitant de toute évidence à ce qu’elle le tape du sien, en un simulacre de salut guerrier ; le tout lui semblant approprié avant une joute amicale. Un petit sourire était né sur ses lèvres, attendant la réponse de la jeune fille.


Revenir en haut Aller en bas
Merry Lowe
« I’m ready to roll ! »
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}   Dim 25 Fév - 21:57





Elle n’était pas certaine de la tournure que prendrait les évènements. Pépé et Mémé Marcy étaient des personnes très généreuses et offraient aux nouveaux dresseurs natifs du port Lieucca toujours un  œuf pokémon de leur pension. C’était leur façon à eux de leur souhaiter bonne chance pour leur périple et les dresseurs novices étaient toujours très contents. Quant à Merry, c’était un cas exceptionnel : sa gentillesse et son investissement à la pension lui avait permis d’obtenir ce qui serait bientôt son troisième pokémon. Pour le moment, l’oeuf était confortablement posé dans une couveuse qu’elle laissait avec les autres œufs durant son travail. Le fait que Pépé Marcy propose un handicap à l’un des fils de ses amis était louche. Pour autant, elle ne souhaitait ni empêcher ce jeune dresseur de tenter sa chance ni Pépé Marcy de mettre au point son plan, elle s’en voudrait plus pour cela que de subir les desseins du vieil homme.

“ -Simple et rapide…  ” fit-elle écho au jeune dresseur, encore incertaine. Puis, après deux secondes à fixer le poing de son adversaire, elle se décida : “ C’est d’accord, ça ne fera pas de mal à nos pokémons un peu d’exercice.” Elle serra le poing pour venir taper contre celui de son adversaire en signe d’engagement.

Il ne fallut que quelques minutes pour aménager le jardin en zone de combat, On avait placé les pokémons dans un enclos pour les empêcher, par malice, de les interrompre. Seul Magicarpe restait à proximité, dans son étang à barboter en fixant Lowell ; il se dégageait chez ce pokémon une mauvaise aura à en avoir la chair de poule. Si on y prêtait attention, on pourrait presque croire qu’il le regardait méchamment.

Merry s’était placée à gauche du terrain, face à l’enclos et à la bâtisse tandis que Lowell, lui, se trouvait à droite, face à la barrière délimitant le terrain de la pension et au sentier. A côté de la jeune femme se trouvait un makuhita. Ce pokémon, si Lowell avait déjà eu l’occasion d’en voir un était légèrement plus imposant que tout autre, plus large et potelé, il semblait arriver difficilement à cacher son ventre éclaté par les poffins qu’il venait d’ingurgiter il y a une heure de cela. Merry était agenouillée face à lui, discutant avec lui sans que l’on puisse réellement comprendre ce qu’ils se disaient.

“ - Tu as beaucoup trop manger Gronchon, faire un peu d’exercice te fera du bien.
- Hitaa...
- Ce n’est qu’un petit combat… Cela ne durera pas longtemps. Je ne te demande pas de gagner, juste de faire de ton mieux, s’il te plaît...
- Makuhita ! ”

Le makuhita semblait ne pas totalement écouter sa dresseuse, il s’était prêté au jeu sous la demande insistante de la jeune dresseuse sans réelle ambition. Il rejoignit sa place en attendant le début du combat, son poing venant masser son bidon bien remplis. Merry se redressa, les bras croisés contre sa poitrine, anxieuse sur le déroulement du combat à venir.

“ - Pépé, tu vas vraiment refuser de donner un œuf au dresseur si Merry remporte le combat ? (Lawrence s’était assis en tailleur au côté de Pépé Marcy, le vieil homme observait sans rien dire les deux adversaires et leurs préparations au moment même où le petit garçon l’interpella)
- Lowell aura son œuf parce que Merry va perdre ce combat.
- Comment peux-tu en être sûr ? Merry est une bonne dresseuse !
- Tu réfléchis avec ton cœur mais pas avec ta tête mon petit, Merry est une jeune fille très attentionnée mais elle a encore énormément à apprendre. Je veux qu’elle se rende compte par elle-même des conséquences de ses actes.
- Des conséquences de ses actes… ?
- Tu verras par toi-même, Lawrence. Observe attentivement, cela pourra te servir également. ”

S’appuyant sur sa canne, le vieux pensionnaire se leva et avança au milieu de la zone extérieure du terrain, pour ce combat, il fut désigné pour arbitrer les deux dresseurs. Dans un long soupir, il commença son monologue : “ Ca me rappelle ma jeunesse, tout ça… Bien, je serai l’arbitre de ce match,  ce sera un match à un contre un : Héricendre contre Gronchon. Si les dresseurs sont prêts le match peut commencer ! ”


Merry était la première à commencer l’assaut, Héricendre contre Makuhita, de ce dont elle savait aucun des deux types n’avait d’avantages sur l’autre mais Gronchon avait de quoi faire la différence malgré tout. D’une main tendue en direction d’Héricendre, Merry ordonna sa première attaque :

“ - Gronchon attaque charge ! ”

Lorsque le pokémon se mit à courir, prêt à charger son adversaire de plein fouet, tout le monde semblait abasourdit face à la lenteur inhabituelle du pokémon. Les makuhitas n’étaient pas spécialement rapide mais celui-ci semblait particulièrement lent au point d’étonner à la fois sa dresseuse comme le petit Lawrence.

“ … Gronchon ? ” Murmura la jeune femme, voyant le pokémon parvenir difficilement à exécuter son attaque. Attendant sans savoir comment réagir la riposte de son adversaire.

Lawrence, quant à lui, comprenait à présent ce que voulait dire Pépé Marcy. Ses lèvres marmonnèrent suffisamment fort un :

“ - Pépé… Gronchon est… (Le vieil homme invita le jeune Lowell à combattre malgré tout d’un hochement de tête avant de questionner Lawrence)
- Dis-moi mon garçon, sais-tu ce que disent les chercheurs à propos des makuhitas ?
- Ils mangent beaucoup et dorment beaucoup ?
- C’est exact, mais il y a autre chose qui caractérise ces pokémons : ils s’entraînent beaucoup également pour compenser leurs autres activités.
- Mais… Je ne me souviens pas avoir vu Gronchon s’entraîner jusque-là.
- Parce que Merry est une jeune fille douce et maternelle ; beaucoup trop maternelle. Elle donne beaucoup d’importance à rendre ses pokémons heureux et dorlotés mais son inexpérience des combats l’a poussé à faire des choix attentionnés mais contraire à la nature-même de son pokémon. En se refusant d’être une dresseuse, elle a également créer ses propres obstacles. Lui en parler l’aurait découragé plus qu’autres chose, c’est pourquoi j’ai demandé à Lowell de combattre contre elle.
- Mais alors, ce combat n’est pas pour tester Lowell… mais pour Merry ?
- Il y a de cela, oui. Cependant… (Son regard se tourna vers Lowell, cette fois-ci) Je pense que Lowell peut également beaucoup apprendre de Merry.  ”

Lawrence aurait pu insister, il n’obtint aucune information sur cette dernière phrase. Il reposa de nouveau son regard sur le match et sur Merry, la mine de cette dernière s’était légèrement assombrit mais il n’était pas certain de savoir à quoi elle pouvait penser en cet instant.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue à la Pension Pokémon {Ft. Lowell Chester}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pension pokémon
» Pension pokémon
» (Don) La pension Pokémon
» La Pension Pokémon
» (Don) La pension Pokémon

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: