Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

 Quand on se rend à Lieucca, mais que le loup n'y est pas [ PV Chester ]

AuteurMessage
Aller à la page : Précédent  1, 2
Lowell Chester
A New Challenger Approaches
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2018

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Quand on se rend à Lieucca, mais que le loup n'y est pas [ PV Chester ]   Jeu 25 Jan - 18:19



Tout était en train de partir en vrilles, et Lowell Chester s’en rendait bien compte. Autour du combat des deux jeunes gens, le temps semblait se ralentir, peut-être même se figer, au fur et à mesure que les autres dresseurs arrêtaient leurs combats pour se préparer à intervenir ; que la surveillante de la salle se dirigeait vers eux à une allure qui lui sembla ridiculement lente en comparaison de la rapidité de tout ce qui se passait pour lui. Il avait réussi à échapper aux flammes, quand bien même le coup de chaud lui avait fait monter des sueurs au front, et voilà que la jeune fille complètement marteau sur laquelle il était tombé ordonnait maintenant à son Solaroc de lui foncer dessus pour le tuer, comptant probablement sur les pointes qui entouraient son corps principal pour changer le néophyte en passoire. Il recula, naturellement effrayé, complètement paralysé par l’image qu’il se faisait mentalement des pointes ocres transperçant son corps de part en part, le clouant littéralement au mur du gymnase.

Fort heureusement pour lui, ses deux Pokémon étaient plus réactifs que lui. Écrapince avait déjà lancé une nouvelle Écume en direction du Pokémon météorite, fragilisant son équilibre ; quant à Héricendre, il jaillit purement et simplement de sa Pokéball et frappa le côté gauche du disque de pierre d’une Charge, achevant de dévier sa trajectoire, et plaçant par là-même son dresseur hors de danger. Le hérisson atterrit aux pieds de Lowell, se plaçant entre son dresseur et l’assaillant rocheux, et alluma ses flammes dorsales en poussant un cri déterminé. Le petit être flamboyant ne comptait pas laisser le gros caillou approcher de son humain, pas tant qu’il serait là pour se placer entre eux.

Cette vision secoua Lowell, lui permettant de se reconcentrer. Maintenant que le danger de mort n’était plus aussi immédiat, il lui était possible de se ressaisir et de recommencer à bouger. Il fit un pas de côté pour se placer convenablement derrière son Héricendre, avant de donner un nouvel ordre, destiné à achever définitivement le Solaroc ; ce serait toujours cela d’écarté, dans la catégorie ‘dangers imminents’.

« Écrapince, Écume ! Héricendre, Flammèche ! »


Les positions des deux Pokémon étaient telles que, en tirant pour l’un ses bulles, et pour l’autre sa série de petites flammes, ils s’assuraient que les attaques ne se croiseraient pas, et ne perdraient donc pas en effet avant d’atteindre la masse rocheuse. Lowell, trop concentré sur la mise hors d’état de combattre de Solaroc, en avait complètement oublié que le caillou volant avait une dresseuse, à qui il tournait le dos, et n’était pas le moins du monde au courant que celle-ci s’approchait derrière lui avec un gros caillou entre les mains.

Le voyage tout juste débuté de Lowell Chester aurait pu très mal et très précocement se terminer si un des dresseurs se battant à côté d’eux n’avait pas décidé d’intervenir avant que tout cela ne tourne encore plus mal que ce n’était déjà le cas. Lowell sentit d’un seul coup une présence derrière lui et, quand il se retourna, il tomba sur son derrière, ne voyant que le dos carapaçonné d’un Tranchodon qui se tenait devant lui, menaçant de sa gueule illuminée de flammes violettes la jeune fille qui s’était approché de lui. À l’exception de l’équipe de son père, Lowell n’avait jamais vu un Pokémon aussi grand d’aussi près, et il devait avouer que ça lui faisait quelque chose dans le creux de l’estomac. Il était très littéralement impressionné. Le dresseur, un jeune homme de grande taille, se tenait aux côtés de son Tranchodon.

« Je me moque de ce qu’il y a entre vous »
, dit-il, « Mais ça va trop loin. Tire-toi avant qu’ils ne t’attrapent, si tu ne veux pas te faire emmerder. »


Revenir en haut Aller en bas
Schwarz Königinlicht
Peur et Vérité
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 16/01/2018
Age : 19
Localisation : lol

MessageSujet: Re: Quand on se rend à Lieucca, mais que le loup n'y est pas [ PV Chester ]   Jeu 1 Fév - 18:44

" Arrête !Tu vas trop loin ! "

"Tu veux encore tuer c'est ça ? Tu ne peux pas tuer un innocent ! "

" Il a triché mais il ne voulait pas te tuer, ce n'était qu'un combat ! "

" Des gens vont te poursuivre si tu le tues, encore et toujours ! C'est ce que tu veux Schwarz ? "

Les voix se disputaient avec elle, tandis qu'elle détalait comme une furie pour tuer le pauvre Lowell. Mercure avait échoué, dévié de sa trajectoire par l'apparition soudaine d'un Héricendre prêt à tout pour défendre son dresseur. Leurs attaques coordonnées fusaient sur Mercure en mauvais état, qui ne pouvait se dégager du sol en vitesse. Le match s'était interrompu mais le combat allait prôner le vainqueur en deux contre un. Mais Schwarz tendait son bout de rocher en avant, elle s'apprêtait à percer l'oeil du jeune dresseur sans attendre qu'il ne se rétablisse après la charge du Solaroc. Elle y était presque ! Son visage se déformait de terreur, comme quand elle pleurait, sans larmes. C'était toujours comme ça quand elle tuait, elle n'y voyait aucun plaisir, mais il lui était nécessaire.

Mais fut-ce le destin qui le sauva ? Non, c'était un espoir que même l'esprit tourmenté de la dernière des Königinlicht pouvait traduire. Un dresseur s'en était allé perdre, abandonner son match, pour aider des jeunes qui se battaient différemment du conventionnel. Un imposant tranchodon blessé par son précédente duel dégagea sa lourde carcasse entre Schwarz et Lowell. Son dresseur suivit dans la foulée et mit en garde la jeune fille. Mais pas de son action, pas pour ordonner une menace: il voulait la sauver.

-Impossible...se dit-elle, et il était sûr que penser lui était rare sans que n'interviennent ses soeurs. Aussi s'étonna-t-elle bien plus de comprendre qu'elle avait fait fausse route. Elle vit Mercure au bord de la mort, agressé de toutes parts en lambeaux brûlants, à moitié dans le sol. La violence de cet acte était volontaire de la part de Lowell, mais était avant tout un acte de défense pure. Car dans l'histoire, l'agresseur était Schwarz, demandant à son ami de tuer à cause d'une mésentente - véritablement une bêtise de Lowell au final - et toute la surréaction qui suivit embrassait la démence.

Elle regarda l'écrapince et l'héricendre et comprit qu'ils tueraient Mercure. Elle ne pourrait pas le sauver. Mais elle ne pourrait pas non plus en finir avec Chester qui craignait de se prendre le rocher. La jeune femme le lâcha. Elle venait de comprendre: des liens unissaient en fait les différents acteurs de cette scène, elle y compris. Mercure obéissait par amitié et complaisance, le hérisson et le crabe se montraient des amis chers, et réciproquement, de Lowell, et ce dresseur apparaissant ainsi que son pokémon avaient préférés perdre leur honneur pour une meilleure utilisation de leurs capacités. Et on lui donnait une chance de partir sans représailles, une opportunité de s'enfuir et de se cacher.

Non, pas seule. Elle tenait un moyen de se guérir de ce tempérament en sacrifiant cet égoïsme qui la caractérisait quand elle perdait les pédales. Elle se souvenait de Peur et Vérité, silencieuses quand la course fut stoppée: c'était elles qui la faisait tenir en la supportant. Et le dernier de ces liens était Mercure. Il était là depuis bien trop longtemps pour qu'on ne l'abandonne. Elle ne l'abandonnera pas.

Elle détala sur le corps inanimé et proche du décès de son ami au corps de pierre. Elle s'y jeta et l'enlaça. Elle tenta de l'enlever de la terre, et si ils mourraient, au moins aura-t-elle comprit avant.

Revenir en haut Aller en bas
Lowell Chester
A New Challenger Approaches
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2018

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Quand on se rend à Lieucca, mais que le loup n'y est pas [ PV Chester ]   Sam 3 Fév - 14:52



Lowell avait du mal à reprendre son souffle. Lui qui avait pris confiance en se concentrant sur le Solaroc, persuadé que c’était là le seul danger qui menaçait sa vie, il avait complètement oublié la dresseuse de celui-ci. Elle s’était approchée dans son dos, une arme rocheuse à la main, prête à le frapper en traître. Tombé sur son derrière, en retrait du Tranchodon miraculeusement apparu là, dont la présence l’avait sauvé en arrêtant net son adversaire, il réalisait son erreur avec horreur. Il avait eu chaud. Si le dresseur plus expérimenté qu’eux n’avait pas était là, il aurait perdu un œil – peut-être plus – pour prix de sa naïveté. Il s’était cru plus malin que les autres dresseurs, en intervenant dans le combat de son Pokémon comme son père intervenait quand il affrontait des hordes sauvages, et réalisait ce qu’il en était réellement. Les règles traditionnelles du combat, telles qu’écrites par la Ligue Pokémon, étaient là pour limiter l’affrontement, qu’il reste un duel honorable entre deux créatures. Dès que les humains s’en mêlaient… Le combat devenait laid. Sanglant. Véritablement violent. Il s’en rendait compte à présent, encadré par Héricendre et Écrapince, le premier surveillant le Pokémon Météorite et le deuxième sa maîtresse, déterminés qu’ils étaient à s’assurer qu’aucun mal ne parvienne jusqu’à Lowell. Il avait fait fausse route en intervenant, c’était une idiotie complète.

Lorsque la jeune fille lâcha son arme improvisée pour se jeter sur son Solaroc, semblant vouloir le protéger en faisant barrage de son corps, Lowell se contenta de se relever, l’état de choc le faisant tituber légèrement. Reculant de quelques pas, appuyé au mur pour ne pas tomber, il se laissa quelques secondes pour calmer son souffle, à défaut de calmer la chamade que battait son cœur. Toute animosité semblait avoir quitté la jeune femme, qui ne cherchait plus qu’à protéger son Solaroc des blessures qui pourraient poursuivre. Le blondinet, sans un mot, rappela son Écrapince dans sa Pokéball, et tendit son bras à Héricendre, qui se hâta d’aller se percher sur son épaule. Le poids de son ami sur son côté droit le rassurait, c’était comme un point d’ancrage qui le gardait attaché à la réalité, et lui évitait de dériver. Clignant des yeux à de multiples reprises, il remercia le dresseur qui lui avait sauvé la vie d’un signe de tête, et jeta un dernier regard à son adversaire. Que devait-il faire ? Choqué qu’il était par les actions brutales de la jeune fille, il n’arrivait même pas à être en colère ou rancunier. Non, il était plutôt… Penaud. Il se sentait stupide d’avoir mis sa première adversaire dans un tel état par ses actions, se blâmant lui-même plus qu’il ne la blâmait elle. Lui présenter des excuses, alors ? Il ne saurait pas comment les formuler. Et puis, s’excuser auprès de quelqu’un qui venait d’essayer de le tuer, ça lui paraissait assez étrange tout de même.

Il resta donc stupide, la bouche ouverte, ne sachant que dire, avant de la refermer. Une mécanique, une stratégie bien ancrée dans son cerveau, lui dictait quoi faire quand il ne savait plus où se mettre, et qu’aucune autre solution ne lui apparaissait clairement.

Vous prenez la fuite !

Purement et simplement, il tourna les talons et détala vers la sortie, indiquant à la surveillante venue mettre fin au grabuge que tout allait bien, ne donnant aucune explication sur ce qu’il s’était passé. Au pas de course, il sortit du bâtiment et courut dans les rues de Port Lieucca jusqu’à en perdre le souffle. Se vider les poumons lui permit de se vider la tête. Il n’en était encore qu’au tout début de son voyage ; que penserait son père s’il se laissait ralentir aussi rapidement par un évènement comme celui-ci ? C’était indigne d’un Chester. Centrant son esprit sur cette idée pour ne pas perdre les pédales, il secoua sa tête avant de regarder l’heure sur l’horloge d’une place au centre de la ville.

« Bon… Bah j’ai toujours rendez-vous à la pension, moi. Tâchons de ne pas être trop en retard. »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand on se rend à Lieucca, mais que le loup n'y est pas [ PV Chester ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on se rend à Lieucca, mais que le loup n'y est pas [ PV Chester ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» quand le travail rend malade
» Où quand on se rend compte que manger les gens...c'est pas bien (pv Naertis)
» Je suis heureux quand il pleut [Terminé]
» Je croyais que le pire, c'était de perdre quelqu'un, mais le pire, c'est quand on se rend compte que l'on s'est soi-même perdu ❄︎ Amara
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: