Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

 Tragic Memories [Ang]

AuteurMessage
Aller à la page : Précédent  1, 2
Angstorm
Commandant Linceul


Messages : 52
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Tragic Memories [Ang]   Sam 29 Oct - 15:51

Elle était à terre. Le désespoir l’avait totalement envahie. Elle était ruinée face à une telle violence. Et moi ? Je m’en contrefichais. Cela serait un exemple à ce qui arrivait à ceux qui trouvaient une entrée secrète ou ceux qui voulaient jouer les traitres. Le tout serait enregistré dans la mémoire de mon Alakazam, prêt à ressortir ces images dans l’esprit d’autrui en guise d’exemple. Je n’avais pas de limites. Je les avais effacés pour pousser la liberté à son extrême. J’étais libre de briser sa vie et ses Pokémons.

Mais je pensais de plus en plus à l’idée que j’avais eu. Quel était le plus intéressant ? Faire de Kara une morte et enterrée ? Ou un légume, qui à chacun de ces pas serait capable de rappeler à autrui de quoi j’étais capable ? Devrais-je faire pire que la mort elle-même ? La laisser vivre avec un traumatisme sommeillant au plus profond d’elle ? Un traumatisme qui se réveillerait un jour pour la poignarder à nouveau. Le légume qui se serait reconstruit se briserait à nouveau. La haine, la colère et la rancœur la transformerait encore. La Kara telle qu’elle était n’aurait plus aucune chance de revenir. Et puis, quelque chose me revenait en tête. J’avais suivi le tournoi, notamment avec la présence de Louis et Hugues. Cette fille, elle était là. Elle avait été l’adversaire de Louis. Et elle était allé jusqu’en final.


« Je t’ai dis que je considérais que tu avais choisi la mort. Et que c’était un bon choix, car tu n’aurais pas à vivre avec le choc qui se déroule devant tes yeux. Kedavra ! Deux Plénitudes ! Tu étais au tournoi, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que ça fait de perdre alors que tu aurais pu potentiellement gagner un Pokémon qui aurait pu sauver ta vie ici et maintenant ? »

Je me faisais un plaisir de remuer le couteau dans la plaie. Celebi, le voyageur temporel ! Peut-être aurait-il pu la prévenir du danger qu’elle courrait ? Ou qu’il possédait les pouvoirs pour lui permettre de s’en sortir ? Mais elle n’avait pas réussi à vaincre.

Je regardais alors le Phyllali, tétanisé lui aussi. Il ne se remettrait probablement pas de ce qu’il avait vu. Trop frêle. Je devrais libérer ce Pokémon de ce qu’il avait vu et entendu. Il accéderait à la paix éternelle, grâce à moi. Même si je sais très bien qu’il n’en avait pas envie. Mais je me fichais de l’avis de quiconque. Le mal était fait. Il avait été commencé. Il continuerait. Et s’achèverait. Cependant, avant cela, je leur permettais une petite pause.


« Kara ? Me permettrais-tu de plonger dans ton esprit ? Je veux savoir qui tu étais. Je suppose que ce ne serait pas de refus, n’est-ce pas ? Après tout, tu n’en as plus pour longtemps. Et puis tu m’as dit que tu ferais ce que je voulais. Ça tombe bien ! Pour ton Phyllali, j’aimerais que Kedavra puisse lire tes pensées. »

Je voulais savoir quel genre de vécu elle avait. Pour mieux savourer sa future transformation que je mettais en place. Et si elle refusait, Kedavra forcerait probablement son esprit vu à quel point il devait être affaibli. Au pire, je pouvais déjà en savoir plus que de base. Je n’aurais qu’à récupérer ses papiers d’identités, si elle en avait sur elle dans son sac, ou me renseigner sur les participants au tournoi. A partir de là, je pourrais avoir beaucoup d’informations sur elle.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kara Effyis
Through the looking glass


Messages : 91
Date d'inscription : 01/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Tragic Memories [Ang]   Sam 29 Oct - 16:40


Les yeux toujours fixes sur le cadavre de mon lucario, mon manège ne fut stoppé que par l’intervention de Phy qui gratta ma hanche le regard plein d’espoir et de détresse. Il voulait que je lui dise que tout allait bien se passer, qu’Anubis allait s’en tirer et qu’il allait bien mais à quoi bon mentir. Plantant mon regard dans le sien, je caressais mollement sa tête sans vraiment faire attention à la saleté que je collais à ses poils, n’entendant ce qui m’était dit que de manière vague et distante. J’avais l’impression que je temps s’était stoppé, ou plutôt s’était ralentit comme si lui aussi s’était ligué contre moi et voulait me faire subir en détail les moindres instant ce moment. Au mot tournois, je relevais les yeux, la silhouette du commandant flouée par les larmes qui gâchaient ma vision. Comment le savait il ? Je n’en savais rien mais une chose était sûre, il était arrivé à la même conclusion que moi concernant ma défaite. J’aurais pu empêcher tout cela, à la source. Mais non, mon incompétence avait encore frappé. Je devais me rendre à l’évidence, d’une part le talent qui m’avait été donné en temps que dresseuse avait été usurpé mais en plus, c’était mon manque de capacité qui avait tué l’un de mes premiers compagnons. Comment allais-je pouvoir expliquer ça aux autres ? Allaient ils partir, se sentant trop exposés à mes cotés ? Quoi que, j’oubliais je ne les reverrais sans doute jamais.

Je n’avais rien à répondre à la remarque du jeune homme. Le constat me déchirait et aucun argument ne me venait en tête. Et si j’utilisais un rappel ? Peut être cela suffirait-il a ranimer le pokémon égyptien… Je savais au plus profond de moi que c’était insensé mais le simple fait de penser me permettait de me raccrocher à un semblant de réalité sans sombrer dans la folie. Toujours en silence, je miniaturisais une dernière fois la pokéball de mon lucario la serrant contre ma poitrine en repensant à tout ce que nous avions traversé avec Anubis. Les voyages dans les différentes îles de manière purement touristiques tout d’abord, puis le désir de remporter un challenge ici. Son évolution, apogée du lien qui s’était tissé entre nous. Tout cela venait de s’envoler, de partir avec la fumée qui se dégageait encore de ses multiples brûlures.

En entendant mon nom, je relevais machinalement la tête, le regard toujours bloqué sur le loup bleu marine couché sur le sol. La question du némésis fit bondir une fois de plus mon coeur dans ma poitrine, soulevant une peur viscérale et un profond questionnement sans réponses. Pourquoi ? N’en aurait il jamais assez de me faire souffrir de la sorte ? Je commençais presque à envier les deux garçons qui avaient eu la chance de s’évanouir sous le coup du choc qu’ils avaient subit. Me mordant la lèvre, je repensais à ce que je lui avais confié sans le vouloir. Je m’étais effectivement engagée à faire ce qu’il voulait en échange de la survie de mes pokémons seulement, le sort d’Anubis n’annulait il pas cette clause ? Puis tournant la tête vers Phy, je repensais à la promesse que je lui avais faite, de ne rien laisser de mal lui arriver. Alors la voix encore blanche et tremblante je relevais les yeux vers le commandant.


- Seulement… Seulement si vous ne faites pas de mal à Phy…

Etais-je vraiment en état de poser des conditions ? Sans doute pas mais toujours pareil, me raccrocher au moindre petit espoir me permettait de garder encore conscience de ce qui se passait autour de moi. Les tremblements étaient encore là cependant, la peur et comme la douleur. Il arrive un stade où elle en devient si forte que l’être humain n’est plus apte à en ressentir la pleine puissance. Je craignais pour mon sort, mais que pouvait il arriver de pire ? Déglutissant avec peine, j'avais l'impression d'avoir des lames coincées au travers de ma gorge. Je savais comment plus ou moins ouvrir mon esprit à la télépathie à cause ou grâce à Wolverine qui la pratiquait sur moi au quotidien. Aussi, me préparant mentalement, j'espérais uniquement que l'expérience soit pratiquée sans douleur mais était prête à subir le pire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Angstorm
Commandant Linceul


Messages : 52
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Tragic Memories [Ang]   Sam 29 Oct - 18:17

Lorsqu’on ouvrait son esprit, il n’y avait pas de raisons de ressentir une sensation de douleur. Kedavra pénétra alors dans ses pensées, voyageant d’un souvenir à un autre afin de me faire découvrir cela. Elle était donc une jeune femme pleine d’entrain, mais en même temps peu confiante, notamment en combat, ayant déjà vécu certains traumatismes apparemment. Mais ça restait globalement quelqu’un d’apprécié. Ce qui était encore plus plaisant. Imaginez juste la réaction de ces gens en apprenant ce qu’elle est devenue ? Peut-être prendrais-je le soin de rencontrer certaines de ces personnes, enfin de prendre connaissance de la réaction de certaines de ces personnes.

Une fois cela fait, je reprenais la parole.


« Le mal a déjà été fait à ton Phyllali. Ne le vois-tu pas ? Choqué par la mort de son compagnon et de ce qui vous arrive... De toute façon, je crois que tu ne réalises plus tout à fait la position dans laquelle tu es. Ce n’est pas comme si tu avais eu le choix en réalité... »

Maintenant je pouvais lui révéler le subterfuge. Elle avait le droit de comprendre ça au moins, avant de tout perdre. Histoire que la Kara telle que nous la voyons continue d’avoir en tant que dernières images pas les plus joyeuses.

« Te rends-tu compte de la puissance des mots ? Comment ceux-ci ont réussi à te faire perdre tout moyen ? Te faire dire n’importe quoi et croire n’importe quoi ? Des outils à manier avec précaution, une puissante forme de magie... Peut-être même la chose la plus puissante que je maîtrise. Kedavra ! La Prescience pour cette jeune demoiselle ! »

Je me sentais libre de lui raconter ça, car je savais qu'avec son esprit déjà en morceau, cela ne ferait qu'en rajouter une couche au lieu de l'éclaircir. Et puisque l'esprit était le point sur lequel je jouais depuis le départ, je voulais désormais qu’elle ait dans la tête que son temps était compté. Telle une bombe à retardement qui était accroché à elle. Que la peur de ce moment l’envahisse, en plus de voir le moindre de ses petits espoirs l’abandonner. Et ce qui lui ferait poser le genou à terre ne serait autre qu'une attaque affectant l'esprit, le mental, le cerveau. La Prescience de Kedavra allait être particulièrement puissante. Elle l’était déjà de base en tant qu’attaque, mais je me fis un plaisir de rappeler comment cette attaque allait être augmentée.

« As-tu idée des dégâts capable de provoquer une Prescience ? Sous sa forme Méga, un Alakazam voit son attaque spéciale considérable augmentée. Et il a augmenté sa force encore plus grâce aux Plénitudes que je lui ai précédemment demandé. Mieux encore, une chose que tu dois savoir en tant que dresseuse, j’en suis sur, c’est qu’une attaque de type psy est naturellement renforcée lorsque celle-ci est lancée par un Pokémon du même type. Et tu dois savoir que Prescience est l’une des attaques psy les plus puissantes qui existent, n’est-ce pas ? »

Que faire pendant le temps restant ? Je sais très bien qu’au fond d’elle, elle s’en doutait déjà.

« Désormais, je te conseil de souhaiter une bonne nuit à ton Phyllali. Ephéméris, place un Champ Herbu. Et maintenant, troupe n°1, mettez-le KO. »

J’allais y aller par étape. J’allais au moins prendre le soin de mettre KO le Pokémon, afin que la suite ne se fasse pas ressentir en étant inconscient. Et je voulais un final qui soit beau ! Un décor qui marque ! Alors je plaçais la beauté simple d’un champ verdoyant dans un paysage désolé. La simplicité avait de la beauté. Et à ce moment, un Direct Toxik, une Mégacorne et un Plaie-Croix, respectivement de mon Noacier, de mon Lançargot et de mon Jungko furent exécutés en même temps, afin de mettre KO le Phyllali. Je réservais le mot de la fin pour un peu plus tard, histoire que cela s’enchaîne avec la Prescience.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kara Effyis
Through the looking glass


Messages : 91
Date d'inscription : 01/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Tragic Memories [Ang]   Sam 29 Oct - 23:50


Voilà que j’étais de nouveau forcée de l’admettre mais le commandant avait raison, Phi avait bien plus souffert en l’espace de quelques… heures ? Minutes ? Depuis quand est ce que ce cirque macabre durait ? Je n’en savais plus rien mais une chose était sûre j’avais uniquement envie qu’il cesse à présent. Déglutissant nerveusement, je me rendis compte qu’effectivement j’avais misé juste en pensant que je n’avais plus mon mot à dire dans l’histoire, si tant est que je l’ai eu à un moment donné. Le jeune homme se lança dans une explication sur la puissance des mots et en particuliers des siens et relevant le visage vers lui, je devais avouer que je ne savais plus trop quel était le sens derrière ses paroles poétiquement délurées. Je n’avais pas dit n’importe quoi, j’avais été prête à faire n’importe quoi pour éviter… Mes yeux qui se posèrent une nouvelle fois sur Anubis traduisirent le fond de ma pensée. Et dans une emphase toute particulière, le jeune homme annonça le clou de son spectacle. Mon sang ne fit qu’un tour et j’espérais trouver en son visage le signe que ce n’était pas réellement ce qui allait se passer, que son explication sur le sens des mots n’était qu’un cheminement pour m’amener à croire qu’il allait vraiment agir de la sorte. Mais non.

Les yeux de son pokémon se mirent de nouveau à adopter une teinte d’un bleu anxiogène donnant au mot peur une nouvelle substance et une toute autre dimension. Une épée de Damoclès se balançait au dessus de ma tête et je savais qu’elle finirait immanquablement par tomber. Le némésis avait réussi à trouver la pire des tortures, l’attente de l’inéluctable. Mon coeur battait dans ma poitrine comme une horloge menant droit à mon propre destin. Quand je pense que j’avais fait tout ça dans l’espoir de laisser une trace en attendant que les prévisions ne se réalises, qu’est ce que j’avais pu être idiote. Qui plus est, le magicien rajouta une couche sur mon agonie psychique en exposant des faits que d’une part je connaissais, d’autre part que j’étais apte à déduire seule mais surtout, dont je n’avais aucune envie de me rappeler. Je savais qu’une attaque de cette puissance lancé par un tel pokémon serait pire que dévastatrice et ce déjà sur un pokémon, alors sur quelqu’un comme… moi ? A sa question j’aurais aimé lui répondre que j’étais certes incompétente mais pas idiote et pourtant aucun mot ne put traverser mes lèvres. Mes tremblements de peur commentaient à se mêler à ceux provoqués par le froid, était ce à cause de la peur, du blizzard la température commençait bel et bien à chuter ?

Observant l’homme qui me mettait dans un tel état, qui avait ordonné la mort d’Anubis et qui avait lancé un nouvel ordre à l’égard de son alakazam, Phi ne savait pas quoi penser. Le dresseur avait demandé une présence pour la demoiselle mais le prenait il pour une femelle ? C’était la seule possibilité à ses yeux, un dresseur ne devait pas demander à ce que l’on attaque un autre dresseur, c’était déloyal… Persuadé que ce serait lui qui tomberait à la fin du compte à rebours, le jeune pokémon fit ce que je n’avais pas eu le cran de faire jusque là, rassembla son courage, visa, et tenta à son tour d’atteindre le commandant tant bien que mal. Il espérait que les feuilles tranchantes lancées de si près suffiraient à le toucher, à le blesser et c’était pour cette raison qu’il avait visé le haut du corps, de préférence le visage. En voyant cela, je tentais de le rattraper mais sa pokéball n’était même plus en ma possession. Puis de nouveaux ordres émanèrent du jeune homme, m’amenant une nouvelle fois à nier en vain ce qui lui était destiné.

Trop occupé à lancer sa propre attaque mais aussi trop peu entrainé pour le moment, il ne put esquiver les trois coups qui lui étaient assenés en même temps et tomba au sol à son tour inanimé. J’aurais aimé que de nouvelles larmes coulent à leur tour mais mes yeux étaient devenus aussi vide d’émotions que de fluides, la seule chose que je ressentais à leur niveau était la brulure qu’ils me faisaient subir. Mais au moins, je pu voir que Phi respirait encore. Faiblement, mais il était vivant, étalé là sur l’herbe verdoyante et anachronique de ce décor de cauchemar qu’était la terre désolée. J’était seule. Il n’y avait plus rien ni personne, j’étais isolée face à ce que l’humanité avait sans doute engendré de pire selon mon point de vue. Animée par l’adrénaline et le désespoir, je me relevais, titubant comme un vivaldain venant de naitre et voulais sauter à la gorge du responsable et lui faire payer ce qu’il avait fait, perdu pour perdu je ne pourrais plus rien risquer de pire.


- Vous n’êtes qu’un…

Ma phrase fut interrompue par le cri atroce que je me mis à pousser. Si je n’avais pas déboité un tympan ou deux au passage aux êtres présents qui en possédaient, ce serait un véritable miracle pour eux. Saisissant mes tempes comme un forcené, je tombais à terre tant la violence du choc était insurmontable. Je n’entendais même plus mes propres cris, je ne sentais pas mes ongles s’enfoncer dans mon cuir chevelu, je ne sentais même plus mes différents membres. Une seule chose existait encore, la douleur. Une douleur cuisante, aveuglante et d’une puissance dont des simples mots ne pourraient en exprimer la teneur. J’aurais dû compter les coups, voir le temps qui passait au fil des attaques lancées par les alliés du fakir mais l’émotion m’avait aveuglé et voilà où j’en étais. Me tordant de douleur sur le sol poisseux recouvert de gazon, je n’aurais su décrire avec exactitude ce que je ressentais, comme si la moindre fibre nerveuse de mon corps avait spontanément prit feu et qu’en même temps mon cerveau avait tenté de se replier sur lui même. Je sentais des convulsions prendre le contrôle de mes mouvements et je devinais que mes yeux se révulsaient sous la souffrance mais rien n’était plus clair désormais. Poussant un nouveau cri que je n’entendis même pas, je sentis peu à peu la douleur diminuer avec la lenteur qu’aurait une flamme à mourir et ma vision retrouver un semblant de précision. Un mal de crâne atroce me vrillait les tempes et ma respiration saccadée ne sentait même pas l’odeur de la terre contre laquelle j’étais allongée. Décrispant les mains de ma tête, je me sentais comme droguée et je ne trouvais plus la force de me lever. Si c’était ça la définition de l’agonie, alors je suppliais le ciel pour que l’on m’achève.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Angstorm
Commandant Linceul


Messages : 52
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: Tragic Memories [Ang]   Dim 30 Oct - 1:01

Le Phyllali essaya de m’attaquer avec un Tranch’herbe. Shandaemon et Diamante utilisèrent chacun un Danse-flamme et un Vent Glace afin de geler et brûler les feuilles qui tentèrent de venir jusqu’à moi. Les attaques de mes gardes du corps suffirent à stopper ce Tranch’herbe, sûrement à cause de son trop faible niveau.

La Prescience s’abattit déjà. Les cris de douleurs étaient intenses. Les quelques êtres vivants qui pouvaient être autour de nous. Peut-être ses hurlements pouvaient atteindre les couloirs de la Némésis, vu que nous étions non loin de l’entrée secrète. Ça me faisait mal aux oreilles aussi, mais à vrai dire, je m’en fichais à ce moment. Je me contentais d’observer l’agonie de Kara. Si je devais être un monstre, au sens propre du terme, une créature je veux dire, je serais sûrement quelque chose qui se nourrirai de l’agonie de ses victimes.

Son cerveau ne tarderait plus à dysfonctionner. Tel que je la voyais, je pouvais constater qu’elle n’était pas encore inconsciente. Il manquait cette ultime électrochoc que j’allais infliger, ici et maintenant. Je mis un genou à terre, afin d’attraper Kara par le col et la forcer à relever son buste, puis sa tête. Je la regardais avec un grand sourire.


« Tu ne vas pas nous quitter dès maintenant ? J’ai le clou du spectacle à te montrer ! Regarde un peu... Adrane ! Nouvelle Mégacorne ! Silicio, enchaîne avec un Mégafouet ! Et enfin, Ephéméris, c’est à toi que reviens l’honneur d’achever le spectacle... Giga-Sangsue. »

D’abord endommager le corps avec une Mégacorne. C’est ce que fis mon insecte en jouant de ses lances afin de transpercer le Pokémon KO. Puis l’écraser sous des masses, boostées par le Champ Herbu. Tel était le rôle de mon Noacier. Et enfin, aspirer le peu de vie restant à l’aide d’un Giga-Sangsue. La vitalité de cette plante en servirait à une autre. Mon dragon végétal ferait son parasite. Sous les yeux de Kara, pendant ses dernières secondes.

« J’espère que tu as apprécié le tout... La nature qui termine la vie d’une plante. Une plante qui absorbe les derniers restes de vie d’une autre plante, même. Autant que cela serve à quelque chose, non ? Il aurait été un Pokémon bien inutile sinon... Quoiqu'il en soit, fais de beaux rêves. »

Et je la relâchais, alors qu’elle tomba pour de bon dans le coma. Je ne savais pas si elle allait survivre, en fait. La Prescience avait été particulièrement redoutable. Mais d’expérience, je savais que si elle survivait, son état en serait totalement altéré. Des sens ? Des membres ? La mémoire ? La mémoire, je n’en doutais pas. Le reste, comment le savoir ? Ce serait un peu la surprise.

Je me relevais, et vérifiais que chacun d’eux ne bougent définitivement plus. J’ordonnais à mes Pokémons de traîner le trio de corps plus loin, non loin de la frontière de la Terre Désolée, mais éloigné de l’entrée secrète. Ils devaient être retrouvés. Et je devais signer mon acte. C’est pour cela qu’une fois arrivé dans un coin que je jugeais approprié, je mettais l’un de mes deux tapis qui étaient sur mon dos – je rappelle que j’avais toujours une double couche – sur le sol et y disposait Kara dessus.

Je regardais le trio, puis mes Pokémons.


« Beau boulot, mes amis. Vous y avez mis du votre, sans que je n’ai forcément besoin de vous dire quoi faire, notamment en question de riposte aux attaques qu’ils ont mené. Tout est conservé précieusement dans ma mémoire, et celle de Kedavra. Ces images mentales nous serviront à donner des exemples aux mauvais comportements, je peux vous l’assurer. »

Et je rappelais chacun de mes Pokémons, sauf mon Jungko. Et je repartais, satisfait de cette journée. Toute cette mise en scène, cette mascarade, ne m’aura pas servi à rien. Je me dirigeais donc vers le QG, alors que mon Jungko recommença son rôle de sentinelle à distance. Désormais, je devais m’occuper de deux otages. Les images de cette scène serviraient dès à présent pour les forcer à faire ce que je désirais.

HRP:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
Tragic Memories [Ang]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» The Best Memories With Memories
» L'esprit du vieux manoir [ Pour l'équipe Caruso, Rivière et Memories.]
» Souviens-toi. People change, memories don't.
» Sean - please excuse the mess, the kids are making memories
» Aquarius Memories — Licorne

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: