Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 

 [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.

AuteurMessage
Adaltrude
Mamie gâteau.


Messages : 42
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Mer 6 Juil - 19:05

-‘ Un petit arrêt à la boutique de baies et se sera terminé. Allons, un peu plus vite, sinon le soleil sera complètement couché. ‘

Après avoir été s’amusée dans les casinos de l’Imaginarium, la matriarche était retournée à Megapagopolis, se disant qu’elle avait été assez longtemps détournée de son but premier : à savoir, la grande conquête des badges. La tête blanche avait passé l’avant-midi à faire les boutiques pour ses compagnons, pigeant dans ses gains de machine à sous pour leur offrir une nouvelle CT et des objets qui pourraient bientôt l’aider dans ses combats. Mamie adorait gâter ses petits Pokémons et se disait qu’il lui faudrait bientôt trouver un autre membre à rajouter à son équipe. Celle-ci avait beau revisiter les Pokémons vols de son Pokédex, elle hésitait.  Bah, ce n’était pas le temps qui lui manquait… enfin, oui et non. Préférant mettre cela de côté en se disant que ce n’était pas urgent, Adaltrude continua son petit périple dans les rues bondées de la grande ville, suivie de très près par sa Poireau. Le canard n’hésitait pas à frapper les jambes des imprudents qui osaient bousculer sa maitresse parce qu’elle marchait lentement, ignorant royalement les regards noirs de ceux-ci. C’était un véritable chien de garde, tenant son poireau comme si elle était dans l’armée. La Mamie gloussait simplement en la regardant, trouvant la scène trop amusante pour lui dire d’arrêter d’agresser les passants pressés. Elle préféra plutôt tourner dans une ruelle plus tranquille qu’elle connaissait bien, s’arrêtant devant une vitrine d’une boutique de vêtements qu’elle aimait beaucoup. Ah, comme il était loin le temps où elle confectionnait elle-même ses morceaux… Préférant continuer son chemin avant de devenir complètement gaga, celle-ci remarqua un étrange couple au coin de la rue. Ils se tenaient à l’écart, Adaltrude croisant le regard de la femme une petite seconde. Leurs expressions faisaient froid dans le dos, mais la matriarche ne s’en faisait pas, ce n’était pas des grognons qui allaient lui faire peur avec leurs attitudes de bourgeois. Il y avait peu de monde dans ce coin-si, peut-être que la prudence aurait été de mise… mais ce n’était pas son genre du tout.  Continuant sa marche clopin-clopant, celle-ci se rendit vite compte de son erreur. Une seconde elle était sur le trottoir proche du couple, la seconde après elle était au sol, une main farfouillant son sac à main.

-‘ Poireau ! ‘

La canard essayait de régler le cas de l’homme, qui semblait assez musclé pour la retenir de bouger sans problème. La dame, de son côté, avait finalement attrapé le sac de magasinage de la vieille femme. Ils partirent ensuite simplement en courant, volant sa CT nouvellement acquise et tous ses nouveaux objets de combat. Des Némésis? Bon dieu, le soleil n’était même pas complètement parti, n’avaient-ils donc pas peur de se faire voir en pleine rue comme cela? Une vendeuse qui avait vu la scène accourue, aidant la tête blanche à se remettre debout. Son dos la faisait souffrir, mais pas autant que la honte et l’orgueil qui se partageaient son esprit. La gentille jeune fille lui dit qu’elle allait appeler la police, mais Adaltrude n’allait pas attendre les forces de l’ordre. Oh non, elle allait trouver le moyen de se faire justice soi-même. Son canard s’envola dans la direction des voleurs, étant la plus svelte et rapide du trio. Avec un peu de chance, elle serait capable de les suivre et trouverait leur cachette.

-‘ Je compte sur toi! Chili, Millefeuilles, avec moi. ‘

Mamie était de nouveau partie pour l’aventure, un oiseau de chaque côté de sa taille. Ces deux imbéciles allaient goûter à sa médecine.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Amélia de Saint-Gil
La Baronne


Messages : 151
Date d'inscription : 02/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Jeu 14 Juil - 1:37


Ah qu’elles étaient agréables les longues et larges rues commerciales du centre ville, surtout en cette période de l’année où la capitale se vidait alors que ses résidents ingrats préféraient se dorer la pilule à la plage plutôt que de dépenser leur sous là où ils étaient. En cette splendide fin d’après-midi, une splendide voiture de sport bleue indigo s’arrêta au feu rouge aux cotés d’une fiat panda vert pomme, tirant un regard admiratif au conducteur de cette dernière. La route était étrangement vide aujourd’hui si bien que mis à part la petite citadine, aucun véhicule ne vint faire de concurrence au bolide dont le moteur ronronnant et les fenêtres fermées suffisaient à apaiser, de l’extérieur, le son de la musique qui résonnait dans l’habitacle.


“Souvent on a vu
Rejaillir le feu
De l’ancien volcan
Qu’on croyait trop vieux
…”



- C’est qu’ils ont de l’humour et de l’a propos sur cette radio tient !

Baissant ses lunettes de soleil, Amélia inspecta le numéro de la fréquence qu’elle écoutait actuellement pour pouvoir l’enregistrer plus tard. Elle venait de terminer une course, indispensable pour rajouter la touche finale de l’enquête confiée quelques semaines plus tôt par un barbu désireux de connaitre les détails de la vie quotidienne des représentant de la ligue. Bientôt elle bouclerait le premier dossier et bientôt une somme plus que coquette viendrait alimenter son compte banquaire grassouillet. Rien que la satisfaction de son travail bien fait lui tirait un sourire silencieux et injustifié aux yeux des passants qui l’observent à travers son pare-brise immaculé. Comme à chaque fois qu’elle était au volant, elle était seule dans la voiture, ses coéquipier sagement enfermés dans leur pokéball et mis à l’abri du moindre problème technique. Rien ne lui était arrivé depuis maintenant des lustre mais il ne lui en fallait pas plus pour continuer à psychoter lorsqu’il s’agissait d’accident potentiels.

Habillée sobrement, elle arborait un simple débardeur noir qui moulait ses formes gracieuses et un jean foncé dont la coupe en cône à partir du genoux arrivait presque au sol, suivant une largeur à la cheville qui rappelait presque les pattes d’eff” des années woodstock, alors que toute la cuisse était maintenue aussi fermement serrée que dans un skinny. La parfaite coupe pour mettre des jambes en valeur lorsqu’elles sont perchées sur des talons. Parce que oui la jeune femme conduisait en talons et les mains protégées par des gants de conduite noirs. Sa conduite nerveuse laissait tout à fait sous-entendre que la fin de journée approchait à grand pas et la jeune femme résistait tant bien que mal à l’envie d’allumer le gyro nouvellement acquis, de la même manière que les précédents, qu’elle planquait plus ou moins dans le bac de rangement de sa portière. Il fallait qu’elle résiste à la tentation, il n’y avait même pas de voitures à dégager du milieu, elle devait résister, elle devait… Donner un méchant coup de frein avant de percuter des piétons !…


Coup de pouce à l'imagination :
 



Heureusement pour eux, la détective roulait à une allure soutenue mais moins importante qu’à l’accoutumée, dans le cas contraire ils auraient appris à voler ça ne faisait aucun doute. Retenant les insultes qui voulaient s’échapper d’entre ses dents serrés la conductrice put se rendre compte que le couple de piétons ne portait aucune attention au véhicule qui venait de manquer les tuer continuant à courir sur la voie publique. Fronçant les sourcils, la baronne repéra rapidement le sac de course que tenait l’un des deux et… Le canard qu’ils avaient au trousses ? C’était définitivement très bizarre cette affaire là… Ou sinon c’était que le soleil avait tapé très fort pendant la journée. Toujours arrêtée, warnings allumés, en plein milieu de l’avenue, la jeune femme pu constater que le couple et le canard semblaient suivre non pas les allées piétonnières mais plutôt la route. Peut être rejoignaient ils un véhicule ? Passant sa vitesse pour repartir, la baronne vit enfin arriver une mamie toute clopinante, l’air déterminée, entourée de deux oiseaux arborant un air similaire. Oiseau, canard, sac, mamie, gens qui courent… Le scénario venait de s’éclaircir et prendre sens. Par contre à ce rythme, la vieille dame aurait beau faire preuve de toute la motivation du monde elle ne retrouverait jamais ses affaires. Un choix drastique se présentait à la brunette, faire sa bonne action du jour ou rentrer tout bonnement et simplement s’occuper de ses affaires ?…


- Hey Grand mère ! Je crois que je viens de voir votre sac à main passer en courant !… Lança t’elle en baissant la vitre du coté passager. Si êtes pas cardiaque montez, je vous offre un petit tour !



HRP:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Adaltrude
Mamie gâteau.


Messages : 42
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Jeu 14 Juil - 16:36

Malgré son allure de tortue, la matriarche avait confiance. Peut-être un peu trop. Ce n’était pas à cette vitesse qu’elle réussirait à rejoindre les deux voleurs, c’était assez évident. Néanmoins elle ne s’imaginait pas arrêter maintenant, il fallait qu’elle reprenne son dû, d’une manière ou d’une autre. La tête blanche vit le couple au loin, ceux-ci manquant de se faire rouler dessus par une voiture. Dommage, pensa t-elle. Bah quoi, ils osaient voler une vieille dame comme elle, un petit séjour à l’hôpital pour réfléchir ne leur aurait fait aucun tort. Alors qu’elle remuait des idées noires, Adaltrude fut surprise de voir que la voiture ne repartait pas. S’approchant de son petit pas vers celle-ci, la Mamie fut encore plus surprise de voir la conductrice. Cette jeune demoiselle ne devait pas avoir du mal à se trouver des cavaliers, ils devaient être à ses pieds sans arrêt. En plus d’être jolie, celle-ci lui proposait de monter pour rattraper les voleurs. Par Arceus, cette jeune personne était pleine de qualités. Il était hors de question pour la matriarche de refuser une telle aide, c’était évident que le destin l’avait placé sur son chemin, qu’elle puisse botter les petits popotins de ses voleurs sans scrupule. Rappelant rapidement ses deux compagnons, la tête blanche ouvrit la portière et s’installa confortablement sur le banc passager de l’inconnue. Certaines personnes se seraient peut-être posés des questions avant de monter comme cela dans une voiture qu’elles ne connaissaient pas, mais Adaltrude s’en fichait complètement. Elle était bien trop pressée et en demande d’aventure pour réellement y penser. Replaçant ses lunettes, elle tourna la tête vers Amélia, un sourire étirant son visage ridé. D’une main, elle boucla sa ceinture, prête à se faire décoiffer.

-‘ Je suis cardiaque, mais je m’en fous. ‘ Elle se mit à rire, tapotant doucement sur la poignée de la portière. ‘ Je peux signer une décharge s’il le faut. ‘

En réalité elles n’avaient pas le temps, il fallait poursuivre les voleurs. Le canard avait tourné à gauche plus loin, continuant de suivre les méchants en filature. Ceux-ci s’arrêtèrent proche d’une voiture, voulant visiblement continuer leur petit périple sur quatre roues. Hors de question, pensa Poireau. Le volatile descendit en piqué, visant l’homme qui ouvrait la porte pour prendre le volant. Il eut tout juste le temps d’entendre son battement d’aile qu’il se prenait un Jet de sable en plein visage, surtout dans les yeux. Celui-ci jurait toutes sortes de choses alors que l’oiseau se repliait, prenant tout de même le volant malgré les menaces de sa coéquipière. Le moteur ronronna et ils se mirent en route, l’homme accrochant quelques poubelles en passant. Le Canarticho ne pourrait pas suivre la voiture trop longtemps, pas à la vitesse qu’ils allaient. Le Pokémon vol décida de regarder le chemin emprunté par les voleurs et retourna en arrière, pour rejoindre sa dresseuse. Qu’elle ne fût pas la surprise de Poireau de voir que celle-ci se trouvait dans la voiture d’une inconnue, proche de là où elle l’avait vu la dernière fois. Pas le temps de se poser des questions, elles devaient profiter de la conduite dangereuse du fou furieux à demi-aveugle pour les rattraper. Le volatile se mit à gesticuler dans les airs, pointant avec son aile la gauche. La Mamie le remarqua et paraissait soudainement encore plus excitée, sortant sa Pokéball de la fenêtre pour reprendre son compagnon.

-‘ Eh bien, à gauche doute! ‘
La matriarche se dandinait sur son banc. ‘ Ah mon dieu, suis-je sotte. Merci de bien vouloir aider un vieux chiffon comme moi. Je vais leur mettre ma canne au culcul, c’est moi qui vous le dit! ‘

La tête blanche était prête, Amélia pouvait peser sur le champignon.

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Amélia de Saint-Gil
La Baronne


Messages : 151
Date d'inscription : 02/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Mer 20 Juil - 20:41


Une chose était sûre, la petite mamie à présent assise dans la cabine de pilotage de la voiture de sport avait la bonne humeur communicative. Elle avait de toute évidence un humour qui s’annonçait en parfait accord avec celui de la conductrice et rien n’aurait pu lui faire plus plaisir. Ah si, évidemment une course poursuite dans les rues de la plus grande ville de la région aussi pouvait être une perspective bien plaisante aussi à sa manière. Affichant un sourire impertinent face à la proposition de paperasse de la vieille dame, Amélia lui répondit en éloignant l’offre d’un revers de la main.

- Ce serait une insulte à ma formidable conduite. Ne vous inquiétez pas vous redescendrez de cette voiture sur vos deux pieds et en considérant à vie que les taxis ont des allures de gastéropodes.

En y réfléchissant bien, la jeune femme se rendit compte que préciser à la mamie de ne pas s’en faire était une précaution on ne peut plus inutile quand on voyait son air ravi et impatient. On aurait dit un gamin dans une montagne russe ou devant une pile de cadeau de noël. Les rides d’expression de la dame laissaient deviner un naturel souriant et jovial alors que son attitude suggérait un petit penchant pour les sensations fortes ainsi qu’un coté aussi têtu que pouvaient l’être les personnes âgées. Faisant face à un vague relent de nostalgie, la détective imagina un instant ce qu’aurait pu être son enfance si sa propre grand-mère avait ressemblé à cette personne.  Les choses en auraient été bien différentes.

Sortant brusquement de sa rêverie, la jeune femme pu voir le canarticho qu’elle avait vu passer tout à l’heure sortir d’une ruelle adjacente, pendant qu’un bruit de fracas métallique de dégageait de cette dernière. Quelqu’un avait heurté quelque chose de toute évidence. Bien maintenant qu’elle savait quelle direction suivre, elle pouvait se mettre en route et attaquer les choses sérieuses. Tournant une dernière fois la tête vers l’impatiente mamie à coté d’elle elle ne pu réprimer un franc éclat de rire la sa remarque, imaginant d’ores et déjà la scène comique. Ajustant ses gants avec un sourire déterminé elle confia à vieille dame.


- Et bien j’ai hâte de voir ça ! Et d’ailleurs je peux vous dire que j’en ai vu des vieux chiffons et je ne vous classerais pas dans cette catégorie grand-mère. Je me présente, Amélia. Tournant le bouton de l’autoradio elle précisa. Un dernier détail pour la route…

Hors de question de se lancer dans une course frénétique avec une musique aussi lente que celle qui avait précédemment envahi le véhicule. Zappant vers une autre source audio, ici son téléphone branché par un cable à l’ordinateur de bord une toute autre ambiance s’empara de la Spyker.




Beaucoup mieux au gout de la baronne et plus adapté à la situation que la précédente. C'était cliché, c'était cucul, ça faisait penser à une pub pour des chips pour les durs, c'était idéal. Résistant à la folle envie de faire un jeu de mots sur les dentiers, la jeune femme enclencha sa vitesse et fit rugir le moteur comme un Némélios en plein confit de territorialité. Puis laissant entendre un bref crissement sur l’asphalte de l’avenue sage qui n’avait rien demandé à personne, la voiture démarra sur les chapeaux de roues, passant dans la ruelle de gauche pour découvrir le véhicule qui zigzaguait sur la voie de droite. Laissant s’échapper une expiration entre ses lèvres closes dans une expression moqueuse la détective lança.

- Et ils espèrent me distancer avec une multipla en ruine ?

Le véhicule qui aurait plus mérité de s’appeler “tas de ferrailles sur roues” que voiture semblait peiner à avancer alors que la Spyker n’eu aucun mal à réduire fortement la distance qui la séparait de l’antiquité. Le conducteur avait il remarqué sa précédente victime dans le rétroviseur ou avait il paniqué à l’idée qu’un véhicule lancé lui colle aux fesses ? La baronne n’en avait aucune idée mais toujours était il que la voiture doubla de vitesse tentant de distancer la voiture de course indigo à ses trousses.

- Alors ça... Ils ont beaucoup changés les multipla… Accrochez vous grand-mère on passe dans la cours des grands !

Et toujours sans blagues sur les dentiers.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Adaltrude
Mamie gâteau.


Messages : 42
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Jeu 21 Juil - 1:05

Elle était bien, cette demoiselle. Malgré la grande différence d’âge qui les séparaient, leurs personnalités s’étaient connectées en à peine quelques secondes. La matriarche ne se souvenait pas de la dernière fois qu’elle s’était sentie aussi à l’aise avec quelqu’un aussi rapidement, probablement avant la mort de son mari et sa formidable aventure en hospice. Cette période de sa vie n’avait pas été très sociable en général, la vieille dame préférant rester enfermé dans sa chambre à ne rien faire. Elle aimait beaucoup ses trois garçons, mais une fille comme cette Amélia aurait mis beaucoup d’énergie dans sa maison. La tête blanche secoua sa tête pour remettre ses idées en place, ce n’était pas le moment pour une capsule nostalgie vieillotte. Des voleurs s’étaient emparés de son butin et il fallait à tout prit le reprendre de ses canailles et surtout, les renvoyer dans une cellule. Mamie ne visait pas que le retour de sa CT, mais carrément l’arrestation des deux guignols. Ils allaient payer devant la justice, parole de mémé. Jamais la matriarche ne laisserait des voleurs se balader librement dans sa ville, oh non. Galvanisée à l’idée de combattre, elle rit de bon cœur lorsque sa sauveuse changea le poste de radio. Une chanson digne de son temps, c’était parfait pour une course poursuite. La Mamie dodelinait de la tête, chantonnant les premières notes avant de se présenter à son tour.

-‘ Je m’appelle Adaltrude, mais tu peux m’appeler Mamie. J’aime pas me faire appeler grand-mère, ça fait vieux, tu trouves pas? ‘

Mamie c’était pas bien mieux, mais Adaltrude y tenait. Ses petits-enfants l’avaient toujours appelé comme cela. Bien enfoncée dans son siège, le cœur de la tête blanche battait à la chamade alors que la voiture prenait en vitesse. Bon dieu, c’est qu’elle en avait dans le coffre. Combien pouvait bien valoir ce véhicule ? Sa sauveuse ne semblait pas dans le besoin, ça c’était certain. Si elle gagnait un autre gros lot au casino, peut-être pourrait-elle s’en acheter une pareille. Ah non, c’est vrai, elle avait perdu son permis il y a deux ans, après être rentré dans un poteau téléphonique. Elle ne put s’empêcher de rire en y pensant, sa petite main frêle serrant un peu plus la portière alors qu’elles voyaient la voiture des voleurs au loin. La Skyper n’avait visiblement aucun problème à les rattraper, eux qui roulaient dans une poubelle ambulante. Adaltrude était assise au bout de son siège, fixant la bagnole du devant d’un air de défi. Oh oui, Mamie était à vos fesses et elle ne démordrait pas d’aussitôt. Voyant qu’ils accéléraient, la vieille dame se mit à fouiller dans son sac à main, se demandant comment elle pouvait aider Amélia.

-‘ Haha ! ‘

Elle fit apparaitre sa Cadoizo, qui piaffait de plaisir en voyant ce qui se passait. La vieille dame ouvrit sa fenêtre et commanda à son volatile d’envoyer des Éclats Glaces vers la voiture, lui demandant de viser le plus possible les pneus. C’était assez compliqué mais l’oiseau faisait de son mieux, visiblement très amusée de la situation. Quelques éclats ne suffiraient probablement pas à percer l’un des pneus, mais en insistant un petit peu…

-‘ Va-y Millefeuilles, montre leur qui est le patron!’

Ils allaient le savoir assez vite s’ils les rattrapaient.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Amélia de Saint-Gil
La Baronne


Messages : 151
Date d'inscription : 02/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Lun 15 Aoû - 3:40


Le sourire de la jeune femme redoubla d’intensité lorsqu’elle entendit sa passagère l’inviter à se montrer plus familière en sa compagnie. Jamais elle n’avais eut l’occasion d’appeler sa propre grand-mère de la sorte ou de toute autre manière d’ailleurs, “grand-maman” étant le seul surnom qu’elle s’était trouvée autorisée à employer alors malgré ses moeurs spontanés elle n’avait pas jugé bon de changer ses vieilles habitudes. Puis entendre que le classique grand-mère faisait vieux lui fit lâcher un petit écart de rire aussi nostalgique que moqueur du passé avant qu’elle ne déclare, le regard braqué sur la route.

- Oh si… Bien trop vieux…

Ca passait outre toutes les formules de politesse qu’elle avait appris étant plus jeune mais de toute manière, il y avait déjà bien longtemps que la jeune femme ne les respectait plus au pied de la lettre. Preuve s’il en est qu’interpeler une dame âgée dans la rue en l’appelant grand-mère n’était pas un acte cité dans le petit livre de la bienséance. L’entrainer dans une infernale course poursuite non plus d’ailleurs. Aussi perdu pour perdu, elle partait du principe qu’elle faisait bien d’en profiter. Les deux femmes avaient de la chance que les rues de la villes ne se trouvent pas aussi fréquentées que d’habitude parce que la vitesse du bolide dans lequel elles se trouvaient commençait à atteindre des sommets qui étaient loin d’être recommandés en centre-ville.
—Ne tentez pas de faire ça chez vous les enfants. Et ne jouez pas à Pokémon Go en conduisant, c’est mal—

La détective préféra ne pas tourner violemment la tête vers sa passagère au moment où une forme nouvelle entrait dans son champ de vison, faisant confiance à la potentielle idée qu’elle avait eut et à son exclamation satisfaite par la même occasion. Elle attendit l’apparition d’une ligne droite arrivée à point nommé et l’évocation d’une pâtisserie pour céder à la tentation et découvrir le cadoizo qui balançait des glaçons par la fenêtre. En soit c’était une bonne idée pour les rattraper seulement… Si les voleurs étaient emmenés à s’emplafonner dans un mur, ce serait elles les responsables de leurs blessures. Certaine que de toute manière la racaille était comme le calcaire, tenace et compliqué à faire disparaitre, elle accéléra une nouvelle fois dans le but de rapprocher suffisamment l’oiseau du père noël de ses cibles. Restait à savoir si le caoutchouc serait plus performant que le givre.


- Je sais pas trop si ça va marcher Mamie mais au moins vous avez des idées !

De toute évidence, vu le chemin qu’ils avaient choisis d’emprunter ils préféraient quitter la ville pour pouvoir continuer tout ce chahut sur des routes moins dangereuses ou du moins, moins surveillées. Alors que la baronne gardait des distances salutaire pour le moment, essayant de minimiser l’attention qui pouvait lui être destinée, elle savait pertinemment qu’une fois sortie de la capitale les règles du jeu seraient toutes autres et il lui serait alors aisé de mener la danse. De l’autre coté, l’on put voir la portière passager s’ouvrir avec assez de violence avant que divers objets ne soient propulsés vers la Spyker lancée à toute allure. Evidement la jeune femme slalomait entre les projectiles afin de les éviter du mieux qu’elle pouvait, remarquant vaguement que le sac après lequel elles s’étaient lancé ne faisait pas partie des munition du couple malfaisant. Prenant une voix d’hôtesse de l’air, la brunette déclara suivant un calme des plus olympiens qui contractait avec les secousses qu’elle infligeait à son véhicule.

- Mesdames et messieurs, nous traversons à présent une courte zone de turbulence aussi veuillez regagner vos siège et garder vos ceintures attachées jusqu’à l’extinction du voyant lumineux.

Puis dans un excès d’impertinence, elle alluma la lumière de l’habitacle, adressant un petit rictus à la grand-mère, espérant qu’elle se montrerait sensible à la plaisanterie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Adaltrude
Mamie gâteau.


Messages : 42
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Jeu 18 Aoû - 15:55

La matriarche devait se rendre à l’évidence, la glace de son petit canard de Noel ne faisait pas grand-chose contre les pneus en caoutchoucs des voleurs. Millefeuilles piaffait de déplaisir, visiblement désespéré alors qu’elle renvoyait de nouveau une attaque, qui manqua sa cible. Son Cadoizo commençait à manquer d’énergie et la Mamie posa avec douceur sa main sur sa tête, lui signifiant d’arrêter. Ils trouveraient un autre moyen de les arrêter, elle en était certaine. L’oiseau la regarda avec des grands yeux embués, toujours un peu sentimental. Adaltrude lui sourit et lui murmura des paroles réconfortantes, la rappelant ensuite dans sa Pokéball. La vieille réfléchit ensuite à toute allure, alors qu’ils quittaient rapidement la ville. L’idée de se retrouver sur un terrain plus vague la rassurait et la terrifiait en même temps : le risque de blesser des passants ou des innocents devenait presque nul, de l’autre côté c’était elles qui risquaient plus de blessures. La Mamie posa l’une de ses mains sur son cœur et l’autre sur la portière, se demandant si son pauvre sac valait vraiment la peine de déranger autant et surtout, mettre en danger sa conductrice. Jetant un regard à la demoiselle à sa gauche, la matriarche faillit ouvrir la bouche pour lui demander de s’arrêter. Mais son visage et son expression l’arrêtèrent : Amélia ne semblait pas du tout se forcer, au contraire, la situation semblait presque être une habitude pour elle. Cela rassura la tête blanche, qui décida de mettre ses interrogations de côté. Cette jeune demoiselle prenait la peine de poursuivre des voleurs rien que pour elle, se serait plus qu’impoli de sa part de lui demander de laisser tomber après tout ce chemin. Son visage se relâcha et Adaltrude sourit à elle-même, se disant que si elles ne les rattrapaient pas, que ces voleurs continueraient leurs méfaits sur d’autres personnes, peut-être même des enfants. Hors de question de les laisser partir, même s’ils jetaient son sac par la fenêtre.

-‘ Mamie est attachée et prête au décollage ! ‘

Répondit-elle en levant son poing maigrelet, vérifiant néanmoins une deuxième fois qu’elle était bien attachée. Ça y est, ils sortaient de la ville. Heureusement il n’y avait pas grand monde sur l’autoroute et de toute façon, la large route ne semblait pas être la cible du couple. Dès qu’une sortie fut annoncée, ils se collèrent de son côté, celle-ci annonçant une petite ville en campagne. Ils semblaient vouloir se sauver par des routes de terre, ce qui ne rassurait pas la vielle dame. Celle-ci ruminait dans sa tête, se demandant ce qu’elle pouvait faire pour aider sa nouvelle amie. Sans prévenir, la Pokéball de son Brutalibre s’ouvrit, celui-ci évaluant rapidement la situation. Sans rien dire, le chromatique se jeta par la fenêtre, Adaltrude poussant un cri en essayant de le rattraper. Le volatile était du genre plutôt têtu, s’il décidait d’agir de lui-même, il ne laisserait rien entre lui et son but.

-‘ Chili ! Pour l’amour d’Arceus, tu vas me tuer !... et tu vas te tuer aussi ! ‘

S’écria la matriarche, le cœur battant à la chamade. L’oiseau s’était envolé dès son saut en dehors de la Spyker, devenant étrangement plus rapide que celle-ci. Aeropique. C’était une attaque qui ne manquait jamais et le lutteur fonçait tel un missile vers l’autre voiture, rentrant directement dans la vitre arrière. Il brisa une partie de celle-ci grâce à son poing, ce servant de Poing-Karaté pour être certain d’avoir un moyen de se retenir à la voiture. Sa présence semblait déranger le couple, la voiture se mettait en tanguer plus dangereusement. Mamie avait ses deux mains contre les yeux, incapable de regarder plus longtemps.

-‘ Oooh seigneur ! Dites-moi qu’il va bien, il va bien… ‘


Elle ouvrit à peine ses doigts pour voir, son oiseau étant toujours accroché à l’arrière de la voiture. Pour l’instant celle-ci bougeait trop et il était couché pour éviter de trop glissé, le bras toujours à l’intérieur. Que faire?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Amélia de Saint-Gil
La Baronne


Messages : 151
Date d'inscription : 02/04/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Sam 20 Aoû - 14:38


Tant que les véhicules circulaient sur des routes encore fréquentées, la baronne faisait particulièrement attention à conserver une certaine distance de sécurité, d’autant plus qu’ainsi elles pouvaient éviter les objets qu’on leur lançait avec plus de facilité. Ravie que la vieille dame ne revienne pas sur sa décision, elle maintint les gaz à allure fixe prenant garde à ne surtout pas se laisser distancer. La poursuite était tout un art durant lequel il fallait laisser croire au poursuivit qu’il était le plus rapide et qu’il avait une chance de s’échapper sans pour autant trainer plus que nécessaire, au risque sinon de le laisser filer. Et la jeune femme n’était pas vraiment décidée à laisser entendre que la Spyker se ferait distancer par un mutipla.

Concentrée sur ce qu’elle faisait, elle ne put s’empêcher de faire un large écart en entendant le cri de surpris de la mamie, sursautant elle autant tout en redoublant d’effort pour maintenir le cap. Apparement ils ne transformeraient pas l’autoroute en piste de course et c’était à la fois logique et pas plus mal. Qui disait auto-route disait pour le couple de malfaiteur arrêt au péage ou défonçage de barrière, donc dans tous les cas un ralentissement et pour Amélia qui disait auto-route disait péage et elle n’avait aucune envie d’avoir à payer pour poursuivre des vulgaires voleurs de grand-mère. Ou de sacs de grand mère du moins. Puis elle put voir un projectile en rouge et noir, il exilait sa peur, allait plus haut que ces montagnes de douleur, qui partait en direction du multipla à une vitesse phénoménale. Une fois l’impact terminée elle pu découvrir plus ou moins de quoi il s’agissait.


- C’est un oiseau ? C’est une avion ? NON ! C’est… Si c’est un oiseau.

Entendant la plainte d’Adaltrude qui espérait qu’il se porte bien la jeune femme plissa les paupières et regarda les pérégrinations du véhicule en face. Il tanguait de plus en plus, essayant sans doute de se débarrasser de son passager clandestin, mais le catcheur était toujours sain et sauf et bien décidé à ne pas lâcher sa prise.

- On est entre nous appelez moi Amélia, Seigneur c’est trop pompeux et trop masculin. Pour le moment ça va mais on va éviter que ça dégénère.

Il était hors de question de tenter quoi que ce soit contre la voiture tant que le brutalibre était encore dessus, s’il lui arrivait quoi que ce soit ce serait un choc bien trop grand pour la grand-mère. Il fallait à tout prix le récupérer sain et sauf avant de faire quoi que ce soit d’autre, après que les voleurs finissent dans le fossé ou dans un platane, c’était pas leur problème. Bien entendu les deux femmes étaient trop loin pour pouvoir le rappeler directement dans sa pokéball. Donc il leur faudrait se rapprocher. Fini la technique de la distance de sécurité, il allait falloir y aller à fond. Pédale au plancher, Amélia fit avancer le bolide plus vite encore que ce qu’il faisait auparavant, gagnant peu à peu du terrain sur les fuyards.


- Je vais les coller alors essayez de le rappeler dès que vous en aurez l’occasion ! C’est trop dangereux pour qu’il reste comme ça !

Bientôt elle se trouva assez proche pour réussir à lire les numéros de la plaque d’immatriculation de la voiture. Ou du moins elle aurait pu si elle en avait eu une ce qui évidemment n’était pas le cas. Les voleurs voulaient couvrir leur trace et n’avaient sans doute aucune envie qu’on les retrouve à partir d’une simple plaque. Ceci mis à part ce n’était pas le moment de réfléchir plus que nécessaire sur la légalité de la voiture des malfaiteurs. Pour le moment il fallait simplement sauver l’oiseau de combat et ensuite, les deux femmes pourraient sauver le sac à main.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Adaltrude
Mamie gâteau.


Messages : 42
Date d'inscription : 04/05/2016

Equipe Pokemon
Mon Equipe:

MessageSujet: Re: [Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.    Sam 27 Aoû - 1:06

La tête blanche aurait probablement ri de la blague d’Amélia à propos du Pokémon tout puissant, mais elle était beaucoup trop inquiète pour y faire attention. Son cœur battait à tout rompre, celle-ci espérant qu’il ne lui lâcherait pas pendant la course poursuite. La dernière chose qu’elle voulait laisser à sa nouvelle amie, c’était son cadavre tout ridé dans son siège passager. La matriarche s’ordonna de se calmer, voyant que son Brutalibre était toujours bien agrippé à la voiture d’en face. Chili était un Pokémon hors du commun malgré son niveau dérisoire si on le comparait aux champions de ce monde, mais il était né différent et ne s’arrêtait devant rien. Dès l’instant ou la tête blanche avait mis les yeux sur lui, elle avait compris qu’il serait toujours à ses côtés et ce, jusqu’à sa mort. Le volatile, qui sortait tout droit de l’élevage de son petit-fils, avait pris ce rôle très au sérieux, dès le départ. Mamie avait des liens privilégiés avec ses trois Pokémons, mais le lutteur était de loin celui qui lui faisait vivre le plus de montagnes russes émotionnelles. Agrippée de toutes ses forces à son siège, Adaltrude ne le quittait plus des yeux, se promettant que, même si elle l’aimait plus que tout, elle allait devoir le punir pour avoir autant joué avec le feu. La gentille demoiselle assise à ses côtés lui disait vouloir se rapprocher pour qu’elle puisse le rappeler, la matriarche hochant la tête avec des étoiles dans les yeux. Bon dieu qu’elle était bien élevée cette enfant, une véritable sainte. La Pokéball dans la main, la tête blanche attendait avec impatience que la Skyper réduise la distance entre les deux, voyant que son Brutalibre tournait la tête dans leur direction. Oh oui, pas de cookies pour lui ce soir.

-‘ Qu’est-ce… ‘

Le chromatique s’était mis à briller, disparaissant soudainement de l’arrière de la voiture. Cela ne dura que quelques secondes, une autre forme prenant sa place. Bon dieu, il n’avait quand même pas… Mais oui. Le volatile avait utilisé Interversion. Il avait échangé sa place avec le canard du père Noel, qui semblait fortement surprise de se retrouver là. Mamie comprenait à présent le but de son Pokémon : il avait pris le plus de risque possible pour l’éviter à ses deux compagnes, échangeant ensuite sa place avec l’une d’elles pour qu’elle finisse le travail. Et la Cadoizo avait exactement ce qu’il fallait pour régler la question. En moins de deux elle avait glissé un Cadeau dans le trou laissé par le Brutalibre, se jetant ensuite de la voiture lorsque la tête blanche fut assez proche pour la rappeler. Les voleurs devaient avoir vu la bombe qui siégeait à présent derrière, parce que la voiture se mettait à zigzaguer et que des cris résonnaient quand elles se rapprochaient. Le Cadeau ne serait jamais assez puissant pour les blesser, mais cela risquait de les décoiffer et surtout, d’enfumer l’habitacle.

-‘ Olala! ‘

Adaltrude avait du mal à tenir en place, la bombe explosant finalement alors que la voiture sortait de l’autoroute. Celle-ci laissait échapper de la fumée par les fenêtres, le véhicule commençait à ralentir rapidement. Il ne restait pas beaucoup de choix aux voleurs et la tête blanche espérait qu’ils lâcheraient prise. Ils semblaient vouloir s’arrêter et la Mamie regardait à présent Amélia, semblant chercher conseil sur la marche à suivre à présent. Elles ne pouvaient pas se jeter comme cela dans la gueule du loup, et s’ils avaient appelés des renforts ? Adaltrude s’en faisait peut-être trop, essayant de se calmer alors qu’elle avait les deux mains sur la poignée de sa portière.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
[Libre] Mamie - L'alerte aux voleurs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: